Crier à la Liberté / Répression et Résistance : Comment une nouvelle génération défie les Autocrates Africains et leurs Alliés internationaux

0
398

Une enquête transnationale par Ngina Kirori, Emmanuel Mutaizibwa, Chief Bisong Etahoben, Elizabeth BanyiTabi, Theophilus Abbah et Brezh Malaba.

« C’est votre homme qui a fait ça ! », crie une femme lors d’une réunion de village dans le comté de Nakuru, au Kenya. Elle est filmée par des journalistes kényans alors qu’elle pointe du doigt une autre femme, partisane d’un puissant politicien local connu pour ses relations avec des gangsters. À l’approche des élections kenyanes d’août 2022, cinq femmes de cette région ont été violées et assassinées et leurs corps incendiés. Selon le documentaire kenyan Ganglands, pour lequel cette réunion a été filmée, les villageois soupçonnent une campagne d’intimidation menée par des criminels pour « forcer le public soit à voter pour des candidats spécifiques, soit à ne pas quitter complètement leur domicile », comme l’explique un ancien membre de gang interrogé dans le documentaire le dit.

L’intimidation violente pendant les élections sévit depuis des années au Kenya, où le bureau politique signifie rejoindre une élite dirigeante ayant accès à une richesse et un pouvoir importants et où les politiciens ambitieux doivent obtenir leurs votes d’une manière ou d’une autre. En 2022, cependant, les tactiques intimidantes semblent avoir moins bien réussi qu’auparavant. Bien qu’une figure indéfectible de l’establishment ait tout de même remporté la présidence, un nombre record de candidats indépendants ont également été élus ; parmi eux se trouvait un nouveau venu du comté de Nakuru, qui a été élu malgré les tactiques des gangsters par des électeurs qui ont décidé qu’ils en avaient assez.

Protestation croissante

La résistance contre les dirigeants autocratiques et les partis qu’ils dirigent, ainsi que le rejet de l’oppression de l’opposition politique, ne se développe pas seulement au Kenya. Une nouvelle enquête [liens, en anglais] couvrant le Kenya, l’Ouganda, le Cameroun, le Nigéria et le Zimbabwe a révélé que dans chacun de ces pays, une population extrêmement jeune, urbanisée, consciente et connaissant les médias sociaux, revendique son avenir. Ils en ont marre du manque de développement et de liberté, ainsi que des systèmes de clientélisme qui ne profitent qu’à une élite politique. Ils exigent également de plus en plus que les partenaires de développement étrangers de leurs dirigeants examinent de manière plus critique qui et quoi ils soutiennent réellement.

Au Cameroun, par exemple, où une petite clique centrée autour du clan du dictateur Paul Biya, âgé de 89 ans, a détourné des centaines de millions de dollars de fonds de secours COVID-19 dans les poches de copains, la société civile a officiellement demandé au Fonds monétaire international de ne pas accorder de nouveaux prêts jusqu’à ce que les liquidités précédentes soient comptabilisées. Une telle solidarité internationale, disent-ils, est nécessaire parce que les demandes de responsabilité à l’intérieur du pays lui-même se heurtent généralement à des actions sévères de la part des forces de sécurité et de l’État lui-même. Non seulement les opposants et les critiques déclarés sont soumis à des arrestations massives, des enlèvements et des tortures [lien vers le rapport de données], mais même les responsables de l’État qui tentent de signaler la corruption et de protéger les budgets de la santé se retrouvent bloqués ou punis.

Les médecins ont été transférés pour avoir « collé leur nez là où il n’appartient pas »

L’équipe camerounaise de ZAM s’est entretenue avec deux médecins travaillant au département de la santé de l’État qui ont tous deux décrit avoir été retirés des audits et transférés pour se venger d’avoir « mis leur nez là où il n’appartient pas ». L’un des médecins, Albert Ze, a subi de multiples menaces et cambriolages avant d’être finalement transféré dans un cabinet éloigné dans une zone de conflit où des rebelles séparatistes armés sont connus pour attaquer des fonctionnaires de l’État central. Bien qu’il ait été contraint de vivre séparé de sa femme et de ses enfants pour leur sécurité, «Dr Ze» continue d’utiliser son compte Twitter pour exiger des comptes des dirigeants camerounais. C’est plus que ce que l’on peut dire du FMI, qui a fait la sourde oreille aux manifestants et a accordé un nouveau prêt au Cameroun.

Les voyous « agissaient sur instruction »

Des demandes similaires émanent du Nigeria, où le militant anti-corruption Olarenwu Suraj et sa femme ont tous deux été roués de coups lors d’une attaque ciblée contre leur domicile. Les assaillants ont dit à leurs victimes qu’ils « agissaient sur instruction », signe de motivation politique. Suraj a ensuite déclaré au journaliste Theophilus Abbah que « la communauté internationale devrait faire plus en termes de excommunier ceux ayant de mauvais antécédents en matière de droits de l’homme de la communauté des nations ».

Le Zimbabwe, quant à lui, a enregistré près de deux mille cas d’intimidation et d’agression par des groupes de partisans du parti au pouvoir dans tout le pays en 2022 seulement. Là-bas, l’opposition et la société civile continuent également de faire appel à la communauté internationale pour obtenir du soutien, tandis que l’État continue d’essayer d’étouffer tout financement et soutien à leurs organisations et activités. «J’ai parlé à d’autres journalistes, des jeunes, qui ont peur de toucher aux histoires de corruption parce que vous pouvez être harcelé ou que votre appareil photo peut être emporté. Ce serait bien si quelqu’un pouvait dire : « Non, c’est faux, on va leur donner une autre caméra ». […] Juste pour intervenir chaque fois qu’ils perdent quelque chose ou leurs droits constitutionnels un ne sont pas respectés », déclare le journaliste Hopewell Chin’ono au reporter de ZAM Brezh Malaba.

Cyber ​​crimes

L’arsenal de lois oppressives utilisées pour emprisonner les détracteurs au franc-parler au Zimbabwe comprend désormais tout, de «l’incitation publique» et «troubler la paix» à «la communication de fausses déclarations», «saper ou insulter le président» et un projet de loi sur les «cybercrimes» qui autorise le numérique surveillance et poursuites éventuelles contre les internautes. Ces lois sur la « cybercriminalité » ont proliféré dans les cinq pays étudiés au cours de la dernière décennie, peut-être en réponse à une population de plus en plus en ligne qui trouve ses informations, sa voix et sa communauté sur Internet.

Cette évolution a fait d’Internet un tout nouveau terrain de lutte. Le Nigeria et l’Ouganda se sont joints à d’autres pays africains, dont le Mozambique et le Sénégal, pour fermer complètement Internet afin d’étouffer les manifestations. Les cinq pays concernés par cette enquête ont également acquis une technologie de surveillance numérique qui permet de surveiller les smartphones et les ordinateurs portables. Dans tous les cas, le logiciel d’espionnage a été acheté auprès de sociétés israéliennes. Au Nigeria, les journalistes risquent même désormais d’être accusés de « cyberharcèlement » s’ils effectuent des recherches de fond sur des politiciens puissants et leurs associés commerciaux via Internet.

« Arrêtez de payer nos oppresseurs » est le cri de guerre

Frustrés par la volonté de leurs États d’ignorer ou de punir les protestations au niveau national, les militants de la société civile des cinq pays concernés par l’enquête se sont retrouvés à diriger de plus en plus leurs appels vers des organismes internationaux comme le FMI, les Nations Unies et les partenaires de développement. « Arrêtez de payer notre oppresseur », tel est le cri de guerre du chef de l’opposition ougandaise et musicien afrobeat Bobi Wine. Des centaines de spectateurs ont récemment assisté à la projection d’un documentaire sur sa vie au Théâtre Carré d’Amsterdam, acclamant ses chansons de protestation sur la politique et le sort du « ghetto ».

« Arrêtez de donner de l’argent » est peut-être un slogan un peu trop simple, car il y a de bonnes raisons de craindre que les quelques services disponibles pour le public ougandais soient les premiers à disparaître si les donateurs se retiraient ; il en va de même pour les autres pays de cette enquête. Néanmoins, les militants de la société civile dans les cinq pays ont tous sincèrement demandé aux partenaires de développement occidentaux d’examiner attentivement ce que fait vraiment leur argent. Faisant écho à des demandes similaires formulées au Cameroun, cinq dirigeants de l’opposition ougandaise ont récemment demandé que l’aide au pays soit suspendue « dans tous les secteurs humanitaires sauf les plus élémentaires ».

Des contrats lucratifs

Au Kenya, de nombreux membres de la société civile craignent que l’appétit occidental pour les infrastructures lucratives et les contrats miniers ne se traduise par une hésitation des pays donateurs à financer des organisations qui militent pour la démocratie, la bonne gouvernance et la fin des violations des droits de l’homme. « Les priorités semblent avoir changé », déclare le chef d’une organisation de la société civile, qui a demandé à rester anonyme. « Plusieurs rapports que nous avons compilés sur l’utilisation abusive des fonds publics ont été accueillis par le silence, très peu d’action et des financements réduits. » aujourd’hui, notamment « en ce qui concerne les contrats qui pourraient autrement aller à la Chine et à l’Est ».

Certaines ONG ont été signalées comme « terroristes »

Le soutien des donateurs aux organisations de base est en outre menacé en raison d’une série de nouvelles lois sur le blanchiment d’argent récemment adoptées à travers le continent, y compris dans les cinq pays couverts par cette enquête. Ces lois sont conçues pour endiguer le flux de fonds qui auraient pu par le passé se retrouver dans des organisations terroristes, c’est pourquoi le Groupe d’action financière (GAFI) du G-20 les a soutenues. Mais plusieurs gouvernements africains ont découvert que ces mêmes lois sont remarquablement bien adaptées pour empêcher le soutien financier étranger d’atteindre les ONG locales. En 2021 en Ouganda, par exemple, l’avocat et défenseur des droits humains Nicholas Opiyo s’est retrouvé arrêté avec quatre de ses collègues après que son organisation caritative légale, Chapter Four, ait reçu de l’argent d’une source extérieure.

Au Zimbabwe, le secrétaire à l’information de la ZANU-PF, Christopher Mutsvangwa, a admis de manière inattendue que le véritable objectif du nouveau projet de loi sur les organisations bénévoles privées proposé par son parti au pouvoir était de « protéger la souveraineté du Zimbabwe contre les ONG qui ont été à l’avant-garde des activités subversives ».

Un exode de professionnels qualifiés

Ces pressions pèsent non seulement sur les militants, mais aussi sur les jeunes, qui se retrouvent exclus du marché du travail en raison de pratiques d’embauche corrompues et d’économies moribondes. Cela en a conduit beaucoup à choisir d’émigrer à la recherche de liberté, d’emploi ou de sécurité. En Ouganda, l’auteur Kakwenza Rukirabashaija, célèbre pour ses livres, « Banana Republic » et « The Greedy Barbarian », s’est récemment exilé. Il a été détenu et sévèrement torturé en 2020 après s’être moqué du fils et successeur oint du président Museveni, Général Muhoozi Kainerugaba. Rukirabashaija a élu domicile en Allemagne, où il rejoint l’éminente universitaire et poétesse ougandaise Stella Nyanzi, qui est partie après avoir été emprisonnée pour avoir insulté le président.

« Je n’ai jamais voulu émigrer mais peut-être que je devrai le faire »

« Cela n’en vaut peut-être pas la peine », déclare le militant zimbabwéen des droits humains Makomborero Haruzivishe, qui a récemment passé 11 mois en détention provisoire sans caution pour avoir sifflé lors d’une rafle policière de vendeurs ambulants sans licence dans une gare routière de la capitale Harare. Selon la police qui l’a arrêté le 17 février 2021, le sifflement visait à « inciter » les vendeurs à « commettre des violences publiques et à résister à l’arrestation ». L’effet de la peine de prison a été profond pour Haruzivishe. « Vous ne pouvez pas vous permettre de passer 11 mois en prison sans revenu alors que vous devez nourrir votre famille. Je n’ai jamais fait partie de ceux qui voulaient émigrer. Mais peut-être que je devrai le faire. » Des mois après notre entretien, nous avons reçu le message selon lequel Haruzivishe avait quitté le Zimbabwe.

De retour au Nigeria, Olarenwu Suraj ne veut vraiment pas non plus quitter son pays d’origine, mais estime que les prochaines élections de 2023 pourraient être la dernière chance pour un nouveau gouvernement de reconnaître l’importance des «militants anti-corruption et des droits de l’homme en tant que partenaires dans le développement du pays.’ Comme beaucoup d’autres progressistes nigérians, Suraj a placé ses espoirs sur le nouveau candidat présidentiel Peter Obi, qui a un bilan de gouvernance relativement propre en tant que gouverneur de l’État d’Anambra et qui, en octobre de l’année dernière, a publié un manifeste contenant sept priorités pragmatiques dans un plan pour une meilleure gouvernance nigériane.

Obi et son Labour Party ne sont cependant pas non plus à l’abri des attaques de puissances qui souhaiteraient que le statu quo au Nigeria soit maintenu. Un mois après la publication du manifeste, le 28 novembre 2022, Victoria Chintex, la dirigeante de l’aile féminine du parti d’Obi à Kaura, dans l’État de Kaduna, a été tuée par des hommes armés dans ce qui est largement soupçonné d’avoir été un assassinat politique.

Source version traduite en français: presse-alternative.info

Source article original en anglais : ZAM

Source : 27Avril.com