Coopération régionale pour lutter contre le trafic d’essence

0
548

Une grosse partie de l’essence de contrebande vendue au Togo provient du Nigeria. Dans ce pays, le litre à la pompe est inférieur grâce aux importantes subventions accordées par l’Etat.

Mais le trafic n’est pas uniquement généré par le différentiel de prix.

Selon l’Institut africain de développement économique (AEDI), l’équivalent de 55 millions de barils disparait chaque année au Nigeria. Une partie se retrouve sur les marchés parallèles du Togo et du Bénin.

Pour le Trésor public togolais, ce trafic lui coûte chaque année plus de 2 milliards de Fcfa ; préjudice important également pour les distributeurs. 

La contrebande d’essence est très bien organisée, très structurée. Le business rapporte beaucoup d’argent aux réseaux d’approvisionnement. Raison pour laquelle la police a beaucoup de difficultés pour y mettre fin.

Mais les pouvoirs publics sont déterminés à combattre avec une extrême vigueur le trafic. Des moyens supplémentaires en hommes, en moyens et en renseignement ainsi qu’une coopération plus étroite avec les pays concernés devraient permettre d’obtenir de meilleurs résultats.

Republic Of Togo