Home Faits divers Célébration de la mort de Bob Marley : Tout sur ce prophète...

Célébration de la mort de Bob Marley : Tout sur ce prophète rasta incompris

0
478
76735-bob-marley_xl.webp

Superstar du reggae et prophète rasta, Bob Marley demeure l’une des principales icônes du monde contemporain. Disparu prématurément en 1980, il a transformé un style musical issu de la culture populaire jamaïcaine en un mouvement majeur.

Phénomène plutôt rare, Bob Marley est à la fois adulé par le grand public, qui a découvert le reggae grâce à lui, et par les connaisseurs les plus exigeants.

De son vrai nom Robert Nesta Marley, il est né le 6 février 1945 à St-Ann, dans la paroisse de Nine Miles. Fils d’un capitaine blanc de la marine qui a fui une fois son méfait accompli, et d’une paysanne jamaïcaine noire, il a connu les difficultés d’être métis, pris entre deux mondes qui s’ignoraient.

Adolescent, il quitte la campagne pour Kingston, comme de nombreux Jamaïcains poussés vers les villes par la misère. Pourtant, le travail est rare et Bob vit à Trenchtown, un sordide ghetto où se concentrent la pauvreté, le crime et la crasse, dans une promiscuité bien peu poétique au premier abord. C’est là qu’il rencontre Bunny Livingston, puis Peter Mackintosh, tous deux passionnés de musique. Peter joue un peu de guitare et les trois amis chantent les tubes de rythm’n’blues diffusés sur les radios de Miami.

Bob Marley enregistre son premier morceau, “Judge Not”, à l’âge de 16 ans, en 1961. À Kingston, une industrie musicale commence à se développer de manière chaotique. Le taux de chômage est alors de 35 %. Ayant abandonné son poste de soudeur, il persévère. En 1964, il forme les Wailing Wailers.

Bob Marley, un prophète mal compris

Artiste hors norme de son époque, Bob Marley continue de vivre alors que cela fait 35 ans que le monde entier pleurait la disparition de celui que l’on peut désormais qualifier de légende vivante.

Ce 11 mai 1981 reste gravé dans toutes les mémoires, surtout chez nous, les Africains. Ainsi, chaque 11 mai, des commémorations sont organisées dans presque toute l’Afrique et même au-delà, à l’exception de la Jamaïque, son pays natal.

Mais que retenons-nous concrètement de la vie de Bob Marley ?

Quels souvenirs gardons-nous de tous ses messages ? Que faisons-nous de ses prophéties ? Ses idéaux sont-ils souvent présents lors de ces commémorations que nous organisons ? D’ailleurs, comprenons-nous réellement le sens de ses chansons que nous chantons ? Je ne peux pas répondre à votre place.

Tout observateur, qu’il soit averti ou non, sait que dès qu’on évoque Bob Marley, les premières images qui nous viennent à l’esprit sont ses cheveux (rastafari) et la fumée (du cannabis). Ainsi, dans notre société, on trouve des personnes qui adoptent sa coiffure et qui fument sans pour autant incarner les valeurs de vie défendues par Bob Marley. Et naturellement, comment fêtons-nous souvent le 11 mai ?

En allant danser le reggae en boîte, en fumant plus que jamais, en essayant de transformer nos cheveux pour qu’ils ressemblent à ceux des rastas, même si nous ne sommes pas des rastas. Certains fumeurs admettent même avoir commencé à fumer un 11 mai.

C’est malheureusement la part de l’héritage de Bob Marley que nous avons choisie, tout en ignorant complètement l’aspect le plus important. Il est triste de constater que nous, Africains, avons des esprits tellement corrompus au point que nous admirons souvent le côté sombre des choses et des personnes.

Les messages de Bob Marley exprimaient à l’origine l’affirmation de la dignité et de la valorisation de l’identité noire pour son peuple, qui avait été opprimé pendant des siècles à cause de l’esclavage. Souvenons-nous de ses chansons “Slave Driver” et “Redemption Song”. Bob Marley dénonçait également le colonialisme et l’oppression économique.

Il incarnait l’éveil de son peuple à une révolution culturelle et spirituelle contre l’oppresseur, qu’il décrivait d’abord comme étant le fruit d’une imposture chrétienne, voire païenne, capitaliste, corrompue, raciste et hypocrite à la fois. Ainsi, il appelait les Africains à dépasser les considérations religieuses pour prendre leur destin en main.

C’est cette réalité qu’il exprimait dans “Get Up, Stand Up” quand il disait : “Levez-vous, battez-vous, levez-vous pour vos droits… Ne cessez jamais le combat… La plupart des gens pensent que le bon Dieu descendra du ciel, éloignera tous les problèmes et fera que tout le monde se sente bien… Et maintenant que tu vois la lumière, tu te lèves pour tes droits.” Pourtant, nous, qui célébrons sa mémoire chaque année, cela ne nous dit rien du tout. Nous n’en parlons même pas. D’ailleurs, sommes-nous même conscients de tout cela ?

Bob Marley attachait toujours une grande importance à l’unité africaine

Pour lui, c’était une condition indispensable pour que les descendants africains reviennent dans leur pays et vivent en paix, loin de tout racisme et de toute discrimination. Il suffit d’écouter à nouveau sa chanson “Africa Unite” pour l’entendre dire : “Afrique, unis-toi pour le bénéfice de tes enfants… Afrique, unis-toi car tes enfants veulent rentrer à la maison… Afrique, unis-toi car nous déménageons droit de Babylone pour aller vers la terre de nos ancêtres”.

Que faisons-nous de cette recommandation de celui que nous célébrons les 11 mai? Quel acte posons-nous au quotidien pour que l’unité Africaine soit une réalité?

La dimension de Bob Marley est bien plus large que ce que nous lui donnons aujourd’hui.

À chaque fois que nous allons penser à ce monsieur nous devons nous rappeler qu’il est d’abord et avant tout, un symbole d’émancipation et de liberté. Je vous propose de faire de sa chanson “redemption song“ votre préférée de toutes ses chansons. Cela façonnera votre champ de vision de l’Afrique, elle vous donnera courage, espoir pour la libération de l’Afrique.

Grace à l’intériorisation du message de cette chanson vous quitterez le champ de l’inaction pour devenir des Africains très actifs pour le développement de l’Afrique car vous auriez compris que rester les bras croisés alors qu’on assassine de jour en jour nos prophètes est une haute trahison. Vous réaliserez surtout que notre mentalité est notre pire ennemi.

Bob Marley l’a compris très tôt.

C’est à cela qu’il fait allusion en disant « Emancipez-vous de l’esclavage mental, personne d’autres que vous ne pourra libérer votre esprit. N’ayez pas peur de l’énergie atomique car aucun d’entre eux ne peut arrêter le temps. Pendant combien de temps tueront ils nos prophètes? Alors que nous sommes juste à côté et que nous regardons? Ne voudrais-tu pas m’aider à chanter un autre chant de liberté? Car tout ce que j’ai toujours eu, c’est des chants de liberté ».

En clair, vous comprenez maintenant mieux Bob Marley et la meilleure façon de le célébrer pour qu’il soit fier de vous en vous voyant depuis l’au-delà s’il en a la possibilité. Nous autres, nous n’avons pas fait le rasta mais on marche déjà sur les pas de Bob Marley. Nous défendons les mêmes valeurs que lui.

Source : Togoweb.net