CAN Maroc 2022 : Eperviers, l’espoir est-il permis ?

Bien que tombeurs des Gabonaises à la manche aller du dernier tour qualificatif à Lomé, les Togolaises entrevoient une bonne nouvelle à l’issue du match retour à Libreville dans une semaine.

Les joueuses de Kaï Tomety ont frôlé de peu la catastrophe ce jeudi 17 février 2022 à Lomé lors du match aller de l’ultime étape de la course qualificative pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Maroc 2022.

Avant cette confrontation entre deux sélections qui se respectent, les Eperviers qui ont fait une préparation à la limite de l’essentiel, étaient gonflés à bloc pour en découdre sur le terrain. Néanmoins, l’adversité à laquelle ils ont été face a failli leur porter préjudice.

Les Togolaises ont certes ouvert le score à la 39è minute par Reine Gake à la suite d’un corner, mais ont manqué plusieurs occasions de faire le break afin de décourager ainsi les Gabonaises de toute réaction nocive.

A force de manquer de lucidité dans les dernières actions offensives, les Eperviers se sont faits rattraper au score grâce à un coup de tête de Jessy Ornela Mezui Obiang à la 58è minute. Stupeur au stade et au sein même du staff technique du Togo, un moment déboussolé tout comme les joueurs sur la pelouse.

Il a fallu attendre la fin de la rencontre pour que les Eperviers reprennent le dessus sur les Panthères, celles-ci ayant manqué quelques minutes plutôt de marquer leur second but. Score final 2-1. Une victoire somme toute méritée.

Tout succès est bon à prendre en football. En l’espère, les Togolaises ont souffert, ont tout donné pour l’avoir. Il devrait normalement les souder davantage. Les victoires obtenues dans les douleurs donnent plus de confiance, renforcent les liens dans un groupe.

Kaï Tomety, la patronne de la sélection nationale du Togo, doit donc surfer sur cette dynamique afin de mieux préparer le match retour qui aura lieu Gabon dans une demi-dizaine de jours. Elle et ses joueuses ne doivent pas dormir comme un bienheureux car les Panthères, compte tenu de ce qu’elles ont montré ce jeudi à Lomé, sont capables de mieux faire sur leur terre, devant leur public.

Les Eperviers dames doivent se dire que rien n’est encore fait et qu’il est important de poursuivre les efforts, continuer de serrer les dents jusqu’au bout afin d’obtenir au pire des cas un nul à Libreville, synonyme de qualification historique.

A l’image des Eperviers locaux qui sont partis au stade d’Aguégé au Nigeria réaliser l’exploit, se qualifiant pour la première fois de leur histoire à une phase finale du Championnat d’Afrique des nations (CHAN), Cameroun 2020, les Togolaises en sont capables. Pour peu que la Fédération togolaise de football (FTF) et le ministère de tutelle trouvent la bonne formule de motivation et d’encouragement. L’exploit est à portée de main.

Source : icilome.com