Au Togo, Faure Gnassingbé adore le couvre-feu

Dans le monde entier, la moitié de la population mondiale vit en confinement. 3,9 milliards de personnes ont reçu l’ordre ou la demande de rester chez elles et ont renoncé à divers droits et libertés pour contribuer à endiguer la pandémie. Pour les citoyens, cette situation est préoccupante. Comme Eda Seyhan l’a mis dit dans African Arguments, “une fois que les gouvernements, la police et les services de sécurité obtiennent des pouvoirs supplémentaires, ils ne les abandonnent pas sans se battre”.


Lire aussi:« Coronavirus même a peur de Faure Gnassingbé »

Mais qu’en est-il pour ceux qui vivent sous des dictatures ? Qu’en est-il pour les populations dont les gouvernements exercent déjà des pouvoirs étendus en toute impunité ?
Le fait d’avoir grandi dans des régimes autoritaires – dans lesquels les gens sont obligés de réciter les louanges du président et vivent dans la crainte constante de la répression – a rendu certains d’entre nous tragiquement résistants aux crises, aux couvre-feux et à l’enfermement.
Pour moi, les restrictions imposées par COVID-19 me rappellent des souvenirs d’enfance où j’ai grandi sous le régime militaire au Togo : des parents se précipitant chez eux à 19 heures pour éviter les patrouilles ; un de mes cousins souffrant de lésions cérébrales après avoir violé le couvre-feu ; des histoires de soldats terrorisant des civils, cambriolant des maisons et des entreprises et se livrant à des viols et des meurtres. Je me souviens qu’on m’a dit que nous devions remercier le président Gnassingbé Eyadéma pour avoir maintenu la paix et la stabilité, alors même que des dizaines de milliers de personnes fuyaient le pays.
Des décennies plus tard, une dynamique similaire se manifeste à nouveau au Togo. Le 2 avril, le président Faure Gnassingbé, fils d’Eyadéma, a annoncé l’état d’urgence et un couvre-feu à effet immédiat. Le gouvernement a déployé 5 000 soldats qui ont battu et agressé des civils le soir même. Les photos d’un jeune homme qui a été blessé à l’œil par les forces de sécurité ont fait le tour de la communauté. Certains ont exprimé leur sympathie pour la victime. D’autres ont manifesté leur soutien aux soldats censés faire leur travail.
Cependant, les rapports se sont rapidement multipliés. Une vidéo est apparue, montrant une vieille femme gravement blessée par des soldats après avoir prétendument violé le couvre-feu. Quelques jours plus tard, un jeune homme nommé Gueli Kodjo Djifa est mort après avoir été battu. Le ministre de la sécurité a déclaré qu’une attaque épileptique était la cause du décès, mais la famille dit qu’il a été torturé par les forces de sécurité. Cette fois-ci, le tollé s’est intensifié car les gens ont compris que l’injustice commise à l’encontre de quelques-uns peut être perpétrée à l’encontre de tous.

Lire aussi:Togo: le port du masque désormais obligatoire

Le Togo n’est pas le seul pays confronté à une telle brutalité dans le cadre de la pandémie de COVID-19. De l’Ouganda au Cameroun, en passant par le Malawi et même le Sénégal, des citoyens sont violés et maltraités par les “Chevaliers de la Corona”. Au Nigeria, au moins 18 citoyens ont été tués par les forces de sécurité pendant les couvre-feux.
Comment les dictatures balayent les pouvoirs
Certains gouvernements autoritaires ont imposé d’autres types de restrictions qui vont au-delà du confinement et du couvre-feu. Au Zimbabwe, le gouvernement a récemment criminalisé la circulation de “fausses informations”, promettant des peines allant jusqu’à 20 ans de prison pour les contrevenants.

Les implications de cette mesure sont claires et préoccupantes. Comme l’a déclaré Evan Mawarire, le militant et pasteur du mouvement #ThisFlag, à African Arguments : “Le gouvernement a profité de la situation COVID-19 pour introduire une loi qui met fin à la liberté d’expression. Cette nouvelle loi va être utilisée au-delà de la période de pandémie pour menacer et condamner ceux qui disent la vérité au pouvoir et ceux qui disent la vérité sur le pouvoir”.
Ceux d’entre nous qui sont habitués à vivre sous un régime autoritaire savent que les dictatures fonctionnent en créant des cocktails de coercition. Elles ne survivent pas en violant seulement un ou deux droits. Elles les emmènent tous là où elles peuvent : les libertés d’expression et de la presse, les droits de réunion, les contrôles et les contrepoids.
Au Togo, le Parlement vient de conférer au président Gnassingbé des pouvoirs encore plus étendus pour gouverner par décret. Il peut désormais faire et défaire les lois à sa guise et déployer des soldats quand et où il le souhaite. Avant cela, le Togo n’avait pas vraiment de parlement ou de pouvoir judiciaire indépendant, mais il a au moins donné aux citoyens une voie de résistance à certaines mesures despotiques.
Une dictature bienveillante, pour certains
Sans même la façade de la responsabilité maintenant, le président Gnassingbé utilise déjà ses nouveaux pouvoirs à son propre avantage. Les régimes oppressifs présentent souvent leurs dirigeants comme des dictateurs bienveillants qui font preuve de générosité envers leurs sujets. Les présidents détournent les ressources à volonté et partagent ensuite une partie des richesses avec leurs partisans les plus dociles, tout en punissant les dissidents. Ce principe sous-jacent semble avoir façonné le soutien de Gnassingbé aux plus pauvres pendant la pandémie.
Le gouvernement a déclaré que les personnes qui ont perdu leurs revenus à cause de COVID-19 sont éligibles pour recevoir une aide financière par le biais du programme Novissi. Les hommes peuvent recevoir 17,50 dollars par mois, les femmes 20,83 dollars par mois. Toutefois, pour s’inscrire, les personnes doivent présenter leur carte d’électeur. Cette exigence punit directement les millions de personnes qui ont entendu l’appel de l’opposition à boycotter le processus d’inscription sur les listes électorales avant les élections de 2018 au Togo.
Pour ajouter l’insulte à l’injure – et comme si la politisation de sa réponse au coronavirus n’était pas assez explicite – le régime a également distribué du désinfectant pour les mains et des masques à l’image de Gnassingbé et du logo du parti au pouvoir.
Verrouillage sous les dictatures
Dans les pays dirigés par des dictateurs, les gens ne sont pas seulement confrontés à la propagation d’un nouveau virus. Ils sont également confrontés aux défis que pose la vie sous des régimes autoritaires, qui sont aujourd’hui encore plus enhardis et renforcés par les possibilités offertes par la pandémie.

Lire aussi:« Au Togo c’est le règne de la force brute »

Au Togo, les petits gains en matière de libertés civiles que nous avons acquis au cours de décennies de lutte ont été effacés. Les soldats sont de retour dans les rues et la survie est devenue encore plus étroitement liée à l’acceptation de Gnassingbé et de ses alliés. Résister à l’injustice et aux abus était déjà assez difficile avant la pandémie. Elle le sera encore plus pendant et après la pandémie.
La moitié d’entre nous, dans le monde entier, est enfermée. Mais le confinement signifie des choses très différentes pour ceux qui vivent sous des dictatures. Ceux d’entre nous qui ont encore leurs droits – sinon toutes leurs libertés – doivent prêter leur voix à ceux qui ont perdu les leurs.

Farida Nabouréma

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.