Au summum des contradictions et incohérences dissimulées dans la propagande politique nauséeuse : Togo, terre d’hospitalité avec des centaines d’exilés

Le Togo reste cette exception en Afrique de l’Ouest qui brille dans ses contradictions et incohérences au nom de la propagande politique. Depuis une semaine, le putschiste déchu du Burkina Faso le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a trouvé refuge au Togo avec sa famille et une forte délégation de ses proches.

Et bien évidemment, pour qui connaît bien ce petit rectangle de pays, ce n’est pas une surprise. Le ministre togolais de la Communication et des Médias, Porte-parole du gouvernement, Professeur Akodah Ayewouadan l’a si brillamment confirmé. « Le Togo, conformément à sa tradition, reste engagé pour la paix dans la sous-région et ses actions s’inscrivent dans ce sens. L’accueil de Damiba s’inscrit dans cet esprit », a-t-il déclaré au lendemain de l’arrivée de Damiba et sa suite « dignement » accueillis tous frais payés comme d’ordinaire. La tradition du Togo de Eyadema Gnassingbé à son fils Faure Gnassingbé, c’est l’asile des Présidents déchus notamment Mobutu Sesse Seko, Henri Konan Bédié, Anges Félix Patassé. Est -ce suffisant pour pavoiser ? En vérité non !!! Car pendant que ce régime d’exception offre son hospitalité avec toutes les commodités aux VIP en décadence, des Togolais des plus connus aux anonymes sont obligés de fuir leur pays pour leurs opinions ou engagement politiques. Et dans ce cas, on n’apprend presque jamais les pays d’accueil des Togolais en exil se prononcer sur leur magnanimité et leur mansuétude. Le pouvoir togolais en créant les conditions toxiques qui poussent certains à fuir leur propre pays se demande comment ils vivent ? Bien plus, voilà un pays qui se réclame d’une certaine tradition de paix dans la sous-région qui a jeté des élèves en prison pour avoir manifesté aux côtés de leurs enseignants en grève. Et après six mois, il se rapporte qu’il faudra payer une caution de 1,5 million pour réparer les dommages à eux causés avant leur libération. Et c’est cela la tradition de paix lorsque les milieux carcéraux sont remplis de prisonniers d’opinion et politiques ?

A l’évidence, le Togo au lieu de la propagande politique nauséeuse, doit travailler à humaniser la vie à l’intérieur du pays. Une pourriture au 21ème siècle avancé ne peut être cachée aux rayons du soleil.

Honoré Adontui

Source : Le Correcteur / lecorrecteur.info

Source : 27Avril.com