Assassinats et crimes à répétition: Togo Debout sonne la riposte

Le Front citoyen Togo debout (FCTD) a procédé ce mercredi à un dépôt de gerbe en mémoire des dernières victimes des forces de sécurité du Togo. Ce geste symbolique s’est déroulé tout d’abord au quartier Avédji au lieu dit Sun-City, l’endroit là-même où le jeune AGBENDE Kpessou Mohamed a été froidement abattu jeudi dernier par des forces de sécurité.


Ensuite au quartier Adakpamé où KOUTOUATSI Dodji a été également battu à mort le 22 avril dernier par des éléments des forces de sécurité.

A LIRE AUSSI: Togo: 150 prisonniers testés positifs à la Covid-19

Par ce geste le Front citoyen entend dire au NON à la violence gratuite des forces de sécurité.

« Il est important pour nous au vue de l’actualité et au vue des derniers événements de faire une sortie pour dire à l’autorité qu’en tant que citoyens nous avons le sentiment qu’au Togo aujourd’hui on peut en étant forces de l’ordre sortir ôter la vie à un citoyen, rentrer chez soi et dormir sur ces deux oreilles.

C’est une façon de dire que cette culture de l’impunité que des institutions comme la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) avait à l’époque en 2005 dénoncé, cette culture de l’impunité demeure.

On a le sentiment que c’est un pilier de la gouvernance de notre pays et nous voulons dire à l’autorité qu’il est important d’y mettre fin. Parce que cette impunité ne construit pas la cohésion sociale », a précisé le porte-parole du Front le professeur David Ekoué DOSSEH.

A LIRE AUSSI: UNIR: après la bataille électorale, la bataille de clans autour de Faure

Le Front a appelé le peuple togolais à se lever comme un seul homme, à ne plus accepter d’être l’otage de cette classe dirigeante prête à tout pour se maintenir au pouvoir.

« Nous avons le sentiment qu’il y a des citoyens de seconde classe et que nous pouvons subir à tout moment, en tout lieu des actes de ces genres sans que les responsables ou les coupables n’aient à répondre devant la justice », a encore souligné le professeur.

Pour motiver et rappeler aux juges le sens de leur devoir en faveur des citoyens et dire NON à l’impunité, le FCTD a annoncé que désormais un cortège funéraire hebdomadaire sera organisé jusqu’à ce que justice parviennent à punir les coupable de ces crimes atroces.

Au Togo, les crimes des forces de défense et de sécurité sur la population civile sont indénombrables mais uniquement pour la période de l’état d’urgence, on peut citer :

Le 11 avril 2020, GUELI Kodjossé sauvagement assassiné par des éléments des forces de sécurité qui l’ont torturé et écrasé son testicule. Le 20 avril, un jeune homme a été retrouvé mort au niveau du 4ème lac à Akodéssewa. Le lendemain, 21 avril, un autre homme est retrouvé mort sur le boulevard Houphouêt Boigny à Gbenyedji.

A LIRE AUSSI: Togo: quand « Novissi » aggrave les risques de contamination au coronavirus

Le 22 avril, KOUTOUATSI Dodji a été battu à mort par des éléments des forces de sécurité alors qu’il était sorti faire ses besoins naturels. Et le 21 mai dernier, en plein jour, les forces de l’ordre se sont de nouveau illustrées en assassinant lâchement, devant une population médusée, et devant sa fillette, AGBENDE Kpessou Mohamed à Avédji en lui tirant dessus à bout portant.

A l’exception du dernier, tous ces crimes sont intervenus aux heures de couvre feu.

Notons que le FCTD est l’une des principales organisations de la société civile togolaise.

Togo Scoop

Vous aimeriez voir ceci:

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.