17 femmes revendeuses interdites d’accès au grand marché de Lomé

961
17-femmes-revendeuses-interdites-d-acces-au-grand-marche-de-lome

La décision émane des responsables du marché d’Adawlato (grand marché de Lomé). 17 femmes revendeuses sont interdites d’accès à ce marché. Leur faute, c’est d’avoir refusé des portefaix que leur imposent les responsables du marché. Des associations, déjà, parle d’abus d’autorité et interpellent les autorités togolaises à intervenir.

MMLK / 17 PERSONNES EN MAJORITÉ DES FEMMES SUSPENDUES D’ACTIVITÉS DANS LE MARCHÉ D’AWLATO POUR AVOIR RÉCLAMÉ DROIT ET JUSTICE POUR LEURS CHARGEURS

La politique d’autonomisation des femmes en péril !

Le Mouvement Martin Luther King appelle les autorités de l’EPAM au bon sens et à la raison .

Les marchés du Togo sont des paniers à crabes et les problèmes ne trouvent guère des solutions. Au fil des jours, ils s’enveniment et les femmes en sont les principales victimes. De la situation des tickets souvent imposés sans vergogne aux femmes jusqu’à l’attribution des places et des magasins, il n’en demeure pas moins que les marchés suscitent les appétits gloutons . Ce sont des vaches à lait et l’avidité des responsables se voit et se lit au quotidien dans leurs paroles et leurs actes .

Gare à ceux qui s’opposent à leurs intérêts couronnés de gestion chaotique et opaque. C’est ce qui ressort de la situation des personnes suspendues d’activités pour 1 mois dans le marché D’AWLATO (côté abattoir ). La plupart étant des femmes, l’administration de l’EPAM leur reproche d’avoir refusé d’accorder leur violon pour les chargeurs des marchandises imposés à elles. Alors que ces dernières entendent s’offrir les services des chargeurs de leur choix, cela déplaît à l’administration qui estime qu’elles ont désobéi à l’instruction de la direction générale dans une note de mise à pied dont copie est parvenue au MMLK.

Aux dernières nouvelles, ces femmes revendeuses de piments et de tomates seraient menacées de représailles si lundi matin ,elles bravent cette suspension pour venir au marché.

Ces femmes en larmes, se demandent comment un État dont la mission régalienne est de protéger les droits des citoyens, se versent dans la promotion de l’injustice et de l’arbitraire .

A travers le MMLK, ces femmes offusquées et désabusées en appellent aux autorités Togolaises pour que la politique d’autonomisation des femmes passe des paroles aux actes.

Lomé , le 20 juillet 2019

Mouvement Martin Luther King – La voix des Sans voix

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here