Un site de la cour des Comptes, la panacée?

0
578

www.courdescomptes.tg, c’est la nouvelle trouvaille de la Cour des comptes, l’institution de lutte contre la corruption que dirige Jean Koffi Edoh et ses pairs. Arrivé à la tête de cette institution en 2013, l’opinion attendait que cette Cour de comptes fasse la lumière sur la gestion des fonds publics. Mais visiblement, elle est régie par la loi de l’omerta. Ce site internet sera enfin la fenêtre qui va faire sortir cette institution « muette » de son silence ? Evidemment pas, à voir son contenu.

L’article 107 de la Constitution togolaise de 1992 stipule : « La cour des Comptes juge les comptes des comptables publics. Elle assure la vérification des comptes et la gestion des établissements publics et des entreprises publiques. Elle assiste le parlement et le gouvernement dans le contrôle et l’exécution des lois de finances. Elle procède à toutes études de finances et comptabilité publique qui lui sont demandées par le Gouvernement ou par l’Assemblée Nationale ou le Sénat. La Cour des Comptes établit un rapport annuel adressé au Président de la République ou Gouvernement et à l’Assemblée Nationale et dans lequel elle fait état, s’il y a lieu, des infractions commises et des responsabilités risquées », article cité en post position sur la page d’accueil.

Ce qui peut bien intéresser le Togolais en allant sur ce site est bel bien les rapports de contrôle. Une part belle est donnée aux rapports de contrôles et aux rapports annuels.

Une quinzaine de rapports dominés par ceux de l’ITIE, de la gestion de Togo Telecom, de la Tde, etc. sur la période de 2007 à 2014. Rien sur ce qui a pu avoir lieu dans le domaine des finances depuis bientôt trois ans. Ces rapports n’intéressent réellement pas le Togolais.

Des rapports sur la gestion des fonds alloués aux projets de construction d’infrastructures où la corruption et les rétro commissions sont avérés, les fonds mis dans le secteur de développement à la base, la gestion faite de la Ceet, etc. intéresseraient mieux que ces rapports d’une autre époque.

Le rapport annuel dont parle la constitution ne contient rien sur le site. Est-ce à dire que depuis sa création en septembre 2009, aucun rapport n’a été adressé à Faure Gnassingbé ? Si oui, alors pourquoi ne pas les rendre publics ? Puisque c’est dans ces rapports qu’il faudra dévoiler « s’il y a lieu, des infractions commises et des responsabilités risquées » et bien évidemment poursuivre ceux qui se sont rendus coupables de ces infractions.

Cette institution critiquée par l’opinion comme faisant la promotion de l’impunité puisque n’étant pas en mesure d’amener les premiers dirigeants à déclarer leurs biens et à plus forte raison faire plus de transparence sur la gestion des deniers publics doit s’ennuyer avec ce site.

Attendons de voir ce qui sera publié dans les jours à venir !

M E

Lomechrono.com