Un mécanisme d’incitation pour stimuler le secteur privé

0
346

Le Fonds de garantie des investissements privés en Afrique de l’Ouest (Fonds GARI) aura d’ici 18 mois un siège tout neuf à Lomé. La pose de la première pierre a eu lieu vendredi en présence du Premier ministre et du ministre de l’Economie et des Finances.

Créé en 1994 à l’initiative d’organismes de développement internationaux, réunissant des banques commerciales et des établissements financiers implantés dans la Cédéao, ce Fonds a pour ambition de faciliter l’accès des entreprises privées de la région aux financements à moyen et long terme, par le partage, avec les établissements de crédit, des risques liés à ces opérations.

GARI a rejoint récemment le Fonds africain de garantie (FAG), appuyé par la Banque africaine de développement, qui a la même vocation mais à l’échelle continentale.

Le futur siège se trouvera à proximité du carrefour GTA, un secteur prisé par les grandes entreprises et les ambassades.

‘Le bâtiment va rendre notre institution plus visible et plus crédible’, a confié Franck Adjagba, le directeur général du Fonds.

Depuis sa création, le FAG a été à l’origine de prêts accordés à un millier d’entreprises grâce à des garanties de l’ordre de 155 millions d’euros fournies à une quarantaine de banques.

Le FAG détient 80,56% du Fonds GARI.

Le Fonds ouest-africain est conçu comme un mécanisme d’incitation des banques et des établissements financiers de crédits à financer les investissements privés dans l’espace Cédéao.

En vingt ans, il a réussi à assurer pour près de 180 milliards de Fcfa de garantie, ce qui a permis d’émettre 380 milliards et de mobiliser 1.100 milliards qui ont été injectés dans les économies de la sous-région, dans de petites, moyennes et grandes entreprises. 

Republic Of Togo