Togo-Yabré Dago sous le feu des critiques

0
410

« Fiasco total ». C’est le terme utilisé par nombre de Togolais pour qualifier les opérations de recensement électoral organisé du 29 avril au 08 mai dernier dans la zone 1, regroupant les communes des Lacs, du Bas-Mono, de Vo, de Zio, de Yoto, d’Avé, d’Agoè-Nyivé et du Golfe.

Entre manque généralisé de consommables (encre, formulaires, papier d’impression de carte d’électeur, carburants pour groupe électrogène…) et la lenteur des machines vétustes avec des pannes répétitives, les citoyens fortement mobilisés avaient dû mal à se faire enrôler. C’était un véritable parcours du combattant pour décrocher ce précieux sésame donnant droit aux Togolais d’exercer leur devoir citoyen lors des échéances électorales en vue cette année 2023.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est pointée du doigt. A l’ANC, l’on dénonce un « manque total de volonté du pouvoir RPT/UNIR de voir les électeurs jouir pleinement de leurs droits à un scrutin juste, équitable et transparent ».

A la Dynamique pour la majorité du peuple (DMP), l’on reproche à la CENI d’avoir accordé un très court délai (de 48h) pour prolonger les opérations. « Nous regrettons, bien que l’affluence ait été au top dans les centres de recensement de vote, la CENI a laissé beaucoup de Togolais dans le grand Lomé sans enrôlement. La CENI n’a pas été à la hauteur et on a laissé sur le carreau une partie importante de nos compatriotes, ce n’est pas normal, c’est une violation de leurs droits et nous ne comprenons pas comment on peut justifier cela dans un pays sensé être démocratique », a lâché Mme Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la DMP.

Tout en appelant Yabré Dago, président de la CENI à la raison, la Secrétaire générale de la CDPA invite l’institution à donner une nouvelle chance à tous les citoyens qui n’ont pas pu se faire enregistrer dans la zone 1.

 « Nous demandons que des mesures soient prises pour que concomitamment à ce qui va se faire dans les autres zones qu’on en revienne à donner le droit de se faire enregistrer et d’avoir leur carte à ceux qui sont brimés », a-t-elle ajouté.

Au cours du dernier conseil des ministres, le gouvernement a également « déploré les dysfonctionnements et les difficultés » ayant entouré les opérations du recensement électoral dans la zone 1.

Par ailleurs, pour rectifier le tir, la CENI, dans un communiqué rendu public jeudi, a annoncé le report sine die des opérations dans les autres zones.  

Source : icilome.com