Togo- Y a-t-il vraiment un commandant à bord du navire ?

Faure Gnassingbé

Le Togo vit une situation dramatique de vie chère aggravée par la hausse de 25% des prix des produits pétroliers depuis le 11 juin dernier.

Partout, tout flambe à nouveau : produits de première nécessité, matériaux de construction. On ne peut craindre que le pire surtout que le phénomène de suicide connaît une recrudescence ces derniers temps.

Si ce n’est par l’indifférence, le cynisme ou la méchanceté, rien ne peut expliquer le sort réservé aux Togolais en ce moment de crise sanitaire de coronavirus. Après le coup de grâce avec le carburant, les cris de cœur et d’alarme ont résonné un peu partout dans le pays.

Comme pour confirmer que le Chef de l’État Gnassingbé Faure et sa minorité pilleuse s’en foutent éperdument du peuple, le conseil des ministres du mercredi 16 juin dernier n’a pipé mot sur les multiples propositions des uns et des autres pour faire face à la misère ambiante occasionnée par les décisions impopulaires du gouvernement.

Le Conseil des ministres a examiné quatre projets de décret et écouté quatre communications. Mais rien sur la vie chère. On peut légitimement se demander la raison d’être du gouvernement s’il décide de rester indifférent aux préoccupations primaires de la population.

C’est tout de même révoltant que cette méprise continue- Cela fait des décennies que cela dure. Si un jour, le Président du RPT devenu UNIR veut que les Togolais le prennent un peu au sérieux, qu’il change dans sa gestion artisanale et primitive.

La paix, la stabilité, la sécurité du Togo passent d’abord et avant tout par le bien-être social. Aucun pays ne peut se développer dans cette nouvelle forme d’esclavage moderne.

Source: Honoré Adontui/Le Correcteur

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.