Togo: Veille de 3 jours de manifestations de l’opposition, Atchadam remobilise

Des leaders de la coalition de l’opposition

Lundi 06 Novembre 2017 – Une journée ordinaire s’écoule ce lundi à Lomé et dans plusieurs autres villes de l’intérieur du Togo. La programmation des 3 jours de manifestations de la coalition de l’opposition togolaise, CAP2015-Groupe de Six- CAR- PNP- Santé du Peuple, pour les 07, 08 et 09 Novembre revient dans des conversations comme c’est le cas dans des gares routières comme celles d’Agbalépédo et Akodésséwa à Lomé.

Si des passagers, conducteurs et commerçants dans ces deux gares citées s’inquiètent des violences qui ont caractérisé les manifestions des 18 et 19 Octobre dernier à Lomé, d’autres visiblement informés de l’évolution de l’actualité rassurent que le gouvernement a levé son interdiction de marcher dans le pays pendant les jours ouvrables de la semaine.

A la veille de ces trois jours de manifestations, le leader du PNP, Tikpi Atchadam, dont les apparitions deviennent rares en public a lancé un appel à la population en ces termes « Sortez massivement les 07, 08 et 09 Novembre 2017 pour prouver à ce pouvoir sourd-muet et aveugle qu’il n’y a pas plus fort qu’un peuple déterminé ».

Pour justifier le sens de sa détermination, Atchadam a expliqué que la lutte actuelle vise à « donner la chance au bébé de la revendeuse de la noix de coco sur la tête … d’avoir un avenir de rêver de servir notre pays en tant que président de la république pourquoi pas ».

Les 3 jours de manifestations ont pour but d’exiger d’une part le retour à la Constitution originelle du 14 Octobre 1992, la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des togolais de l’étranger et d’autre part dénoncer les répressions des manifestations pacifiques publiques des mois d’Août, Septembre et Octobre 2017 ayant fait des morts, de nombreux blessés et de nombreux exilés … et l’arrêt immédiat des persécutions, des arrestations, des poursuites et des violences à l’encontre des militants et dirigeants des partis politiques de l’opposition.

Soucieux de la situation sociopolitique qui prévaut dans notre pays depuis de deux mois déjà, situation caractérisée par des manifestations émaillées de violences, de destructions de biens publics et privés, de pertes de vies humaines, des arrestations, le Réseau Femmes Paix et Sécurité de l’Espace CEDEAO (REPSFECO –Togo) a lancé un appel pressant le samedi dernier à tous les acteurs de tous bords politiques à un retour à la paix et à un dialogue franc et sincère. Le groupe des Femmes Mobilisées pour la Paix au Togo a invité tous « à limiter les dégâts déjà enregistrés en pertes de vies humaines ; en perte de biens publics et privés, et surtout en effritement du tissu social ».

En ce qui concerne la levée d’interdiction des marches pendant les jours ouvrables de la semaine au Togo, quatre ministres du gouvernement dont Yark Damehame de la Sécurité et de la Protection civile ont échangé le 31 octobre dernier à Lomé avec des leaders d’autres formations politique. Selon le ministre Yark la mesure d’interdiction des marches en semaine a été levée. A cette déclaration, le porte-parole de la coalition de l’opposition, Eric Dupuy, a jugé que la décision d’interdiction des marches était illégale.

Mensah, Lomé

Koaci.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.