Togo : Une Opposition Paresseuse

0
362

Face à une féroce dictature, l’opposition togolaise se révèle enfin: une Ligue Mineure de Paresseux incapables de faire face à la réalité de la situation du Togo.

Non seulement à la Présidentielle du 22-février-2020, les promesses de ralliement derrière le-mieux-placé n’avaient pas été tenues, mais voilà que trois années plus tard des gens en sont toujours à des reproches au Saint-Esprit, surtout prêts à embrasser la facilité de la même chose : se soumettre naïvement aux conditions électorales de la dictature.

Nul n’a besoin d’encore plus d’élections aux mêmes conditions inacceptables au Togo.

L’opposition togolaise est tout simplement paresseuse, car incapable d’imaginer autre chose que l’ordinaire de l’échec répété. C’est d’ailleurs la caractéristique des paresseux, ces gens qui n’aiment pas les efforts qui conduisent au succès, et à la Gestion du Changement dont ils sont d’ailleurs incapables d’en être le moteur. Le statu quo est ainsi devenu le lieu de dormance, confortable et éternel, de cette opposition togolaise. La facilité du repos éternel, la mort politique en somme.

De temps en temps, il en arrive pour trouver la potion magique togolaise : puisque l’opposition togolaise n’a jamais été capable de s’unir, alors que cette opposition s’unisse et fume le calumet de la paix impossible entre ses partis politiques.

Le problème de fond est le même : l’opposition togolaise n’est pas en mesure de se donner une stratégie propre et autonome, en valider la pertinence et se consacrer à son déploiement vaille que vaille, une fois bien connue l’intention immuable du régime qui toujours fabrique les résultats électoraux et les bulletins prévôtés bien à l’avance. La seule habileté souvent attendue d’un président de la CENI étant de bien lire, publiquement, les résultats globaux qui lui sont fournis quelques minutes à l’avance… Voilà une élection au Togo ; voilà de quoi se contentent paresseux patentés et assimilés de l’opposition au Togo.

On comprend que Faure Gnassingbé et son régime misent jour et nuit sur la brutalité, la force brute de la violence, pour se maintenir et confisquer le Togo. La brutalité est l’essence du régime despotique togolais dont les élections frauduleuses ne sont que la façade ravalée et badigeonnée, selon les occasions.

Quelle est alors la nature profonde de l’opposition togolaise face à un tel régime ? L’incapacité…

L’incapacité de prendre la mesure du défi et d’agir en conséquence. L’incapacité notoire de faire l’effort d’un bilan, d’un relevé de terrain non complaisant, d’identifier les avenues et possibilités non exploitées, leur potentiel de succès, en faire un choix, une priorité, une Stratégie, en faire tout ce qui peut être fait de structurer vers le changement politique réparateur du Togo.

Bien sûr que c’est complexe tout cela. C’est complexe la politique, et ça va l’être davantage au Togo, plutôt que de passer sa vie à courir derrière toutes les facilités offertes par le régime despotique que l’on prétend combattre, et qui ne peut aucunement être la solution au mal togolais. Chacun le sait !

Il n’y a de stratégie qui ne puisse être évaluée, à priori ou à posteriori. Au Togo, répondre aux injonctions électoralistes du régime est totalement irresponsable et tient d’un amateurisme authentique, coupable et paresseux.

Un piège sans fin, les élections au Togo despotique. Il faudra bien sortir de cette prétendue solution de facilité, un leurre total, et se donner une conscience patriotique, c’est-à-dire une Stratégie du Peuple. Ce n’est qu’autour d’un projet stratégique exigeant que l’on peut réussir à unir des volontés réelles, de plus en plus. Ainsi, dans le travail et par le travail se présentent les chemins du succès politique au Togo également. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que le Togo s’est donné cette devise nationale : TRAVAIL-Liberté-Patrie.

PSA
10 avril 2023

Source : 27Avril.com