Togo-UFC : le procès reporté au 2 janvier prochain

Le procès opposant Elliott Ohin aux autres membres du bureau directeur de l’Union des forces de changement (UFC), débuté ce lundi 12 décembre 2022, est reporté au 2 janvier 2023.

L’ancien ministre des Affaires étrangères, deuxième vice-président, accusé de détournement de 14 millions de FCFA et exclu du Bureau directeur de l’UFC, porte plainte devant la justice pour diffamation.

Une citation directe adressée à une dizaine de personnes à comparaître ce lundi au tribunal de Lomé. Elliott Ohin s’est présenté au premier jour du procès. Le camp d’en face n’est pas venu.

« Cette première journée, nous constatons que les autres ne sont pas venus. Ils n’ont même pas d’avocat. Le procès est reporté au 2 janvier », tacle même l’ancien chef de la diplomatie togolaise.

Et d’ajouter : « On ne peut pas diffamer les gens gratuitement de cette manière-là. Quand on met sur le dos de quelqu’un les actes qu’il n’a pas commis et qu’on le publie partout, c’est de la diffamation. Ils n’ont qu’à venir pour qu’on en parle. La justice est là pour faire son travail. Il faut rétablir la vérité ».

Depuis quelques années, Elliott Ohin est au centre de plusieurs accusations graves, obligeant une grande partie des cadres de l’UFC à se désolidariser de lui et, finalement, à l’exclure purement et simplement de son poste de responsabilité au sein de la formation politique se réclamant de l’opposition.

Ce 8 décembre 2022, un communiqué interne au parti et signé de son secrétaire général par intérim, lance un appel « à tous les protagonistes pour mettre de l’eau dans le vin et surtout mettre fin aux procédures judiciaires pour un règlement à l’interne suivant les textes régissant le parti ». En vain ?

Source : icilome.com