Togo- Tripatouillage de la constitution de 1992: Le parti FDR sonne la mobilisation contre la « forfaiture »

0
76

Devant la presse ce lundi 18 mars 2024, au siège du parti à Lomé, les responsables des Forces Démocratiques pour la République (FDR) ont réagi au sulfureux projet de révision constitutionnelle en cours à l’hémicycle, porté par des députés dont le mandat a expiré depuis le 31 décembre 2023. Indignés, Me Dodji Apévon et ses collaborateurs disent « Non » à ce qu’ils qualifient de « braquage constitutionnel » et lancent un appel à  tous les Togolais à  un sursaut patriotique pour empêcher la forfaiture. 

Pas question de laisser faire le régime. Tel est en substance le message que les responsables du parti FDR ont voulu faire passer ce lundi lors de leur rencontre avec la presse locale. Ils expriment leur ferme opposition au régime et à son projet de révision constitutionnelle.

“Le texte en cours d’étude en catimini vise à balayer d’un revers de main la Constitution de 1992 que les faucons du régime n’ont jamais acceptée, Constitution qui consacre le régime semi-présidentiel, pour adopter une parodie de régime parlementaire. Il s’agit là d’un énième coup d’État constitutionnel en préparation par le régime monarchique qui a pris en otage le destin de tout un pays depuis bientôt 60 ans”, dénonce le parti dans sa déclaration liminaire.

Me Dodji Apévon et ses collaborateurs condamnent vigoureusement ce nouveau “coup de force” du régime RPT/UNIR et mettent en garde le chef de l’État. Par ailleurs, ils lancent un appel pressant à toutes les forces démocratiques de la nation à se mobiliser d’un commun accord pour empêcher ce braquage constitutionnel.

Lire la déclaration liminaire dans son intégralité.

Déclaration liminaire

Le parti Forces Démocratiques pour la République (FDR) a appris avec une vive indignation que la rumeur d’un nouveau charcutage de notre loi fondamentale par le régime qui nous régente depuis plus d’un demi-siècle est devenue réalité.

L’Assemblée Nationale en fin de mandat est effectivement saisie par un groupe de députés, émanant aussi bien de la majorité que de partis politiques dits de l’opposition, d’une proposition de loi de révision constitutionnelle. Et le texte dont notre parti est entré en possession est intitulé «Projet de Constitution de la République Togolaise » avec son exposé des motifs.

Le parti a aussi appris que cette Assemblée, qui s’octroie abusivement et malhonnêtement une compétence qu’elle n’a plus, a confié à sa commission des lois une étude accélérée de la proposition qui n’est pas en réalité une simple révision constitutionnelle mais une réécriture totale de la Constitution de 1992, votée à une majorité écrasante des Togolais, avec pour seul objectif la pérennisation du règne de Faure GNASSINGBE à la tête de notre pays.

En effet, le texte en cours d’étude en catimini vise à balayer d’un revers de main la Constitution de 1992 que les faucons du régime n’ont jamais acceptée, Constitution qui consacre le régime semi-présidentiel, pour adopter une parodie de régime parlementaire.

Il s’agit là d’un énième coup d’État constitutionnel en préparation par le régime monarchique qui a pris en otage le destin de tout un pays depuis bientôt 60 ans.

Au moment où le mandat des députés actuels est expiré depuis le 31 décembre 2023 et qu’un processus électoral est en cours pour la mise en place d’une nouvelle législature, le parti FDR ne peut comprendre ce qui pourrait justifier cette course effrénée à une réforme constitutionnelle.

Le parti FDR trouve inadmissible cette forfaiture des députés illégitimes au service d’un pouvoir aux abois et qui est susceptible de conduire le Togo vers des lendemains incertains.

A l’analyse de l’exposé des motifs et de la nouvelle proposition de loi constitutionnelle, on se rend aisément compte que les auteurs de cette folle, sordide, cruelle et vile manœuvre sont plutôt guidés par le souci de garantir un pouvoir à vie à une seule famille, mieux à un seul individu, ceci au détriment des aspirations profondes du peuple togolais et de la stabilité du pays.

Pour justifier leur funeste aventure, les députés actuels affirment sans vergogne qu’ils ont encore la légitimité pour légiférer, conformément aux dispositions du dernier alinéa de l’article 52 de notre Constitution, ce qui est une monstruosité intellectuelle car ce dernier alinéa met au même degré une Assemblée dissoute et une Assemblée en fin de mandat.

La question à leur poser est alors de savoir si l’Assemblée actuelle était dissoute, aurait-elle la même légitimité de légiférer et de surcroit de proposer une réécriture de la constitution?

En tout état de cause, l’adoption d’une nouvelle constitution qui engage l’avenir de notre pays est une question tellement grave qui ne peut être laissée à la merci de quelques individus, fussent-ils des députés et de surcroit des députés qui ont fini leur mandat.

Le parti FDR condamne vigoureusement ce nouveau coup de force du régime RPT/UNIR et l’invite à y mettre immédiatement fin pour ne pas enfoncer notre pays dans la sempiternelle crise politique qu’il traverse depuis trop longtemps.

Le parti FDR rappelle à tous nos compatriotes de l’intérieur et de la diaspora que le danger que fait courir le régime RPT/UNIR au peuple togolais doit interpeller chacun de nous et nous pousser à agir.

Le parti FDR lance donc un appel vibrant à toutes les forces vives de la Nation, notamment les partis politiques, les Organisations de la Société Civile ainsi que les populations à prendre conscience de ce danger imminent, à se mobiliser massivement pour y trouver le remède approprié.

Que tu sois magistrat, avocat, huissier, notaire, enseignant, médecin, architecte, chef d’entreprise, commerçant, militaire, gendarme, policier, douanier, agriculteur, artisan, évêque, prêtre, pasteur, imam, journaliste, étudiant, élève, apprenti, prend conscience du désastre dans lequel le régime RPT/UNIR cherche à plonger notre pays, INDIGNE-TOI, INDIGNE-TOI, INDIGNE-TOI et sors de ta réserve et de ton indifférence. La Patrie a besoin de chacun de nous pour renaitre. Ne reste donc plus en marge, lève-toi et fais ta part.

Fait, à Lomé le 18 mars 2024

Le Président National

Me Dodji APEVON

Source : icilome.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.