Togo / Spoliation de parcelles, agressions et tortures : Les gros bras sèment la terreur à Akako-Viépé Nétikopé…

John Madji Ayassou

Les populations d’Akato-Viépé Netikopé dans la Commune Golfe 7 n’en peuvent plus. Depuis trois ans, elles font l’objet d’agressions physiques et de vol de leurs terrains par un réseau mafieux de gros bras et de faux mandataires qui sèment la désolation dans le quartier.

Les habitants étaient face à la presse samedi 29 janvier dernier pour exprimer leur désarroi. Pour le Porte-parole des victimes John Madji Ayassou, tout a commencé en 2019, des individus sans foi ni loi se lèvent et construisent nuitamment sur les parcelles non bâties. Parfois, ils entrent dans certaines clôtures pour y ériger des pièces sur fond de brimades et violences sur la population. Tous ces individus disent agir au nom du sieur Anthony Sylvestre qui nargue tout le monde. Il met devant son appartenance à UNIR et en complicité avec d’autres autorités administratives.

« Nous avons chacun acquis des parcelles de terrain dans ce quartier que nous avons bâti et y habitons depuis des années de façon paisible. Mais depuis quelque temps, nous faisons l’objet d’agression, de violences et de menaces de mort de la part des individus qui ne cessent de circuler dans nos maisons avec des gourdins. Ils sèment de grande terreur et panique dans nos vies en nous demandant de vider de notre chef nos habitations. Alors que nous n’avons pas de problème de terrain avec qui que ce soit », a indiqué John Madji Ayassou, porte-parole des victimes.

Le groupe qui sème le désordre est composé de : Anthony Sylvestre, Tépé Kpémissi, Yaovi Adankpo, Paul Agbemado, Tengue, Tépé Liassidji Attiplè et Fogan Semekonon.

Le Sieur Gnininvi, ancien enseignant au CEG Sagbado, jouant le rôle d’huissier serait celui qui accompagne les mis en cause dans leurs sales besognes. Selon les explications du porte-parole des agressés, les malfaiteurs se sont donnés comme travail de circuler chaque jour dans toute la localité en violentant ceux qui font les travaux dans leur maison ou sur leurs parcelles tout en emportant leurs matériaux qu’on ne retrouve plus jamais.

Dans un courrier adressé par 110 habitants de la localité au Premier ministre et au ministre de la Sécurité le 02 août 2021, il est indiqué qu’au jour le jour, les agressions des susnommés s’intensifient au point où ils ne se sentent plus en sécurité dans le quartier.

« Ces derniers s’accaparent de force de nos maisons et terrains. Ils clôturent, ferment hermétiquement et gare à ce propriétaire qui va broncher au point où la vie dans notre quartier Akato-Viepe est devenue un calvaire », indique-t-on.

Une autre victime, Amouzou Lassey témoigne : « Nous n’avons aucun problème avec quelque collectivité que ce soit. Nous sommes plutôt victimes des abus des individus hors la loi qui troublent notre tranquillité. C’est un groupe bien organisé qui a en son sein des maçons, menuisiers, électriciens, ferrailleurs. Ils bradent nos parcelles à des gens généralement qui vivent à l’étranger et eux-mêmes s’occupent de la construction en un temps record. Et tout ce fait la nuit profonde. Parfois ils se font accompagner des forces de l’ordre et de sécurité. Même si on les convoque au Tribunal, ils ne viennent jamais. Cette semaine encore, ils ont scellé plusieurs clôtures. Si rien n’est fait, la situation risque d’être intenable ».

Pour finir, ils ont lancé un appel au Chef de l’Etat pour que cesse leur calvaire.
« Nous sommes tous Togolais. Si les choses évoluent de la sorte, laissant croire que la justice n’a pas sa raison d’être, c’est dommage. Nous ne voulons pas faire violence. Nous interpelons le Chef de l’Etat et les ministres concernés d’intervenir afin que les œuvres cauchemardesques de Sylvestre et sa bande s’arrêtent dans notre localité », a indiqué M. Ayassou.

Vivement une prompte réaction des autorités pour éviter le pire.

K.A.

Source : Le Correcteur / lecorrecteur.info

Source : 27Avril.com