Togo, Préfecture de Danyi : L’engagement citoyen de Wonyra Kossivi face à la misère et aux besoins sociaux de base

76

L’une des caractéristiques de la société togolaise est sans nul doute la précarité généralisée dans laquelle vit l’écrasante majorité de la population.

Aussi paradoxale que cela puisse paraître, la population togolaise est très pauvre et rien ne semble changer ou donner une petite lueur d’espoir en dépit des multiples programmes et projets mis en place par le gouvernement. Dans une situation économique où les ressources les plus importantes sont consacrées à amortir les dettes du Togo et à payer les intérêts générés par ces dettes, il apparait illusoire d’espérer une quelconque mesure visant à faire réellement face aux vrais besoins de la population ou à changer leur quotidien de façon significative et sensible.

C’est donc, conscient de cette situation que des mécènes et des individus généreux se lancent dans des actions de bienfaisance notamment dans leurs localités d’origine dans le seul but de réduire la souffrance de leurs frères et sœurs. Un exemple dans la préfecture de Danyi dont il faudrait parler et qui mérite des encouragements, c’est celui de Wonyra Kossivi, opérateur économique, qui a décidé de se battre aux côtés de ses frères et sœurs de Danyi pour relever le défi des innombrables besoins sociaux auxquels cette préfecture fait face et dont les autorités feignent d’ignorer. Il faut s’y rendre pour comprendre.

Lorsque sur les 23 kilomètres qui séparent les villages de N’digbé et Elavanyo, les conducteurs doivent passer une heure entière avant d’arriver à destination, il y a lieu de se demander quels sont les vrais projets dont bénéficie cette contrée du Togo malgré qu’elle est acquise au pouvoir en place (ndlr, les deux députés de la région sont du parti au pouvoir). Dans des situations d’abandon ou de négligence comme celle que connait la Préfecture de Danyi, des bonnes volontés ne manquent pas pour soulager légèrement les souffrances infrastructurelles des populations. C’est ce que fait le sieur Wonyra Kossivi depuis quelques temps à travers des actions caritatives multiformes. « Je suis peiné de constater la précarité dans laquelle vivent certaines communautés sans un véritable espoir de s’en sortir. Certains besoins élémentaires ou vitaux sont considérés chez nous ici comme un luxe que l’on ne peut atteindre. Il faut agir, œuvrer pour changer cela, c’est mon crédo », déclarait-il il y a quelques semaines lors de l’inauguration d’un point d’eau.

Plusieurs réalisations sont à mettre à son actif à travers les villages de Danyi : réhabilitation du pont sur le fleuve Danyi à Ahlon-Bogo, réhabilitation des fontaines et points d’eau à Ahlon-Dénou, Kétémé et Dzedramé, don de tonnes de ciments pour la construction de bâtiments communautaires à Kakpa, Todomé et Gbaladzé, don de paquets de tôles pour la réparation du toit des bâtiments abritant l’école primaire à Nyamégbé et à Kpéto, prise en charge des frais de délivrance de certificats de nationalité à plusieurs élèves des lycées de Danyi, Kpodzi et Zomayi, soutiens matériels et financiers aux initiatives communautaires de réhabilitation des routes reliant Koudzragan à Yikpa, N’digbé à Amegapé, Kétémé à Koudzra, Sassanou à Dénou, dons de matériels de communication de masse aux villages d’Elavanyo, Ndigbé, Sassanou et Dzogbégan, dons d’équipements sportifs aux lycées d’Elavanyo et Apéyémé ainsi que la prise en charge des frais d’inscription et d’écolage de nombreux étudiants et élèves… A cela s’ajoutent de nombreux projets actuellement en attente et dont le bienfaiteur espère avoir les moyens conséquents pour y faire face.

Pour un début, c’est un bilan assez élogieux, et le mécène ne pense pas se limiter à ce qui est déjà fait : « les besoins sont énormes, comparés au ressources dont nous disposons. Il nous faut donc procéder pas à pas en fonction des priorités tout en ne perdant pas de vue que nous ne pourrons jamais nous substituer à l’Etat. J’invite donc mes frères et sœurs à se joindre à moi afin que nous puissions relever ce défi social qui, il faut le reconnaitre n’est pas petit. La Grace de Dieu nous y accompagnera », tels étaient les propos de Kossivi Wonyra pour qui le partage de ce qu’on a avec les nécessiteux est une vocation. Coincée à l’ouest de la Région des Plateaux entre le Ghana et les préfectures de Wawa, Kloto et Kpélé, Danyi est une zone montagneuse d’accès très difficile avec une population essentiellement agricole.

K.E.

Source : Le Correcteur No.323 du 13 juin 2018

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here