Togo: Pluie de gaz lacrymogènes sur les opposants à la nouvelle constitution à Lomé

0
130
repression-manifestants-au-togo

Ils sont 19 partis de l’opposition et 16 Organisations de la société civile togolaise à former une coalition « Touche pas à ma Constitution » à Lomé. Ce matin, ils avaient rendez-vous avec la presse. Mais des soldats ont débarqué manu militari au milieu de la rencontre qui se tenait au siège d’un parti politique, l’Alliance pour la démocratie et le développement intégral (ADDI). « Sortez ! Je n’ai pas à discuter avec vous », menace le chef de troupe.

Le but de la conférence de presse était de manifester leur indignation contre « la forfaiture et le coup d’Etat constitutionnel » opérés par les « députés illégitimes » lundi dernier, et d’appeler le peuple togolais à faire barrage à « l’imposture », selon Nathaniel Olympio, président du Parti des Togolais, membre de cette coalition.

La rencontre avec la presse était d’abord prévue au centre catholique CESAL à Lomé. Mais tôt le matin, un dispositif impressionnant de gendarmes a bouclé les lieux, ne donnant accès à personne. « Ils nous ont dit que nous n’avons pas autorisation pour faire la conférence de presse », a confié Nathaniel Olympio que nous avons eu au téléphone.

Le siège du parti ADDI n’étant pas loin, la coalition s’est repliée dans ces lieux pour tenir la conférence. Mais 30 minutes après le début de la rencontre, ces soldats ont fait irruption au siège du parti et ont évacué tout le monde.

« Vous imaginez qu’on vienne empêcher une conférence de presse au siège d’un parti politique légalement constitué. Ça sort de l’ordinaire », ajoute M. Olympio.

Une fois dehors, les leaders politiques, ceux de la société civile et les journalistes n’ont pas eu le temps de prendre leur route qu’une pluie de gaz lacrymogènes a commencé par s’abattre sur eux. « Cela a duré pendant 30 minutes », souligne le président du Parti des Togolais.

Les députés togolais en fin de mandat depuis décembre dernier, ont adopté une nouvelle constitution lundi sans débat. Cette constitution bascule le Togo, qui était dans un régime semi-présidentiel, dans un régime parlementaire. Ce qui provoque la colère de l’opposition et de tout le peuple.

Selon les informations, une autre coalition de 4 partis politiques du Togo s’apprête à tenir une rencontre avec la presse cet après-midi.

Source: laternative.info

Source : 27Avril.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.