Togo/ Pas d’activités au PAL à partir de lundi prochain : les membres de l’UPRAD sont en colère!

166

Sur la radio privée Pyramide Fm , les membres de l’Union des Professionnels Agrées en Douane (UPRAD) ont exprimé ce vendredi  leur mécontentement face aux modalités d’application du projet MERIS . Selon ces derniers, les coûts supplémentaires exigés dans l’opération de dévouement essoufflent  les agrées en douane.

Lancé en mars dernier, le projet MERIS a pour rôle, selon les concepteurs du projet, de réduire non seulement les irrégularités liées aux véhicules en transit mais aussi d’éradiquer les fraudes afin de favoriser l’augmentation des recettes fiscales pour le Togo.

« Meris s’adresse uniquement aux véhicules d’occasion en transit c’est-à-dire destinés vers les pays de l’hinterland (Burkina-Faso, Niger, Mali et autres). Soulignons qu’un véhicule en transit ne paye pas les frais de douanes mais juste des taxes mineures. Alors beaucoup de transitaires ont pris le malin plaisir de déclarer les véhicules comme étant « en transit » (après avoir bien évidemment récupéré les frais de douanes auprès du client) et ces engins se retrouvent ensuite versés sur le territoire national. Cette situation que nous appelons dans notre jargon « le T1 non apuré » suscitent de nombreux contentieux », avait expliqué le Secrétaire General de l’UPRAD, M. Kpodar Assiongbon au cours d’une interview accordée au site « miabetogoactu » quelques jours après le lancement du projet.

L’opération subordonnée au paiement de la somme de 10 000 f , impliquerait de plus en plus de frais « inexpliqués » selon l’UPRAD. Pour ces professionnels de la douane, il est inadmissible de payer autant de frais alors que des mesures sont prises pour éviter la fuite des capitaux.

Pour porter haut leurs protestations, les membres de l’UPRAD décident de cesser toute activité de transit au Port Autonome de Lomé à partir du lundi prochain.

Rappelons qu’une première menace de grève avait était étouffée  le 01 mai dernier suite à un accord trouvé entre l’UPRAD et les responsables de Lomé Container Terminal.

Cette fois, l’UPRAD dénonçait le retard dans la livraison des conteneurs suite aux plaintes des clients qui n’entrent pas vite en possession de leurs marchandises.  Lomé Container Terminal (LCT) s’était engagé à prendre des mesures pour accélérer les procédures.

 

TogoTopInfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here