Togo, Litige foncier au Grand Marché de Lomé : Une maison oppose le comité de gestion Anthony et El Hadj Baldé

221

C’est sans doute un nouveau feuilleton qui s’ouvre dans le domaine très litigieux de l’immobilier au Togo. Il s’agit d’un bien successoral qui oppose la succession Anthony à l’entrepreneur El Hadj Baldé. Avant d’arriver à la trame de ce scénario, voici à quoi nous ont conduits nos premières investigations.

A « Lagos Kpanou » situé au grand marché d’Adawlato à Lomé, la quiétude a cédé à la tristesse en ce début du mois de juin pour certains commerçants. Et aussi pour les occupants de la maison sise angle rue Kamina et rue Kpessosso. Saisis par un témoin d’une scène qui s’était passée dans la nuit (22 heures) du samedi 26 mai dernier, nous avons entrepris de nous rendre sur le lieu.

Mardi 05 juin 2018. La maison affiche un calme trompeur au milieu de la journée. Des fers à béton sont acheminés d’un véhicule vers la cour de la maison où les occupants faisaient leurs activités comme si de rien n’était. En réalité, ils étaient conscients que quelque chose se jouait et que leur avenir était scellé par les incessants va-et-vient de ceux qui transportaient les fers à béton. En effet, à l’arrière-cour de la vieille maison (ce détail est important pour la suite des événements), des fondations émergent de la terre. Un nouveau plan est en construction. Mais chose curieuse, l’endroit était gardé par les forces de l’ordre ! De quoi nourrir les suspicions sur une telle présence des gendarmes en ce lieu. Et un détail non moins important et étrange nous conforta dans nos soupçons. Les corps habillés ne surveillaient pas uniquement la nouvelle construction, ils garderaient aussi un homme qui fit une brève apparition avant de s’engouffrer dans la salle d’où il était sorti. La scène nous a renvoyés aux films dans lesquels les narcotrafiquants (nous ne sommes pas là encore) se font entourer d’hommes armés.

D’après le récit de notre source et nos recoupements, la maison appartient à Feu Timothy Agbetsiafa Anthony dont la succession a été ouverte en 1964 ! Cette vieille bâtisse est chargée d’histoires, puisqu’elle aurait donné le nom « Lagos Kpanou » à tout le pourtour de l’angle rue Kamina et rue Kpessosso. La maison est donc un bien successoral qui, selon nos investigations, est géré par le comité de gestion « La Succession T. A. Anthony » et représenté par Si-Nam Anthony. L’immeuble est confié à un notaire et à un mandataire désigné par la succession. Aussi faut-il préciser que l’immeuble n’est pas vendu par le comité de gestion. Le sujet n’est même pas à l’ordre du jour.

Mais fin mai dernier- début de ce mois de juin, l’immeuble se voit curieusement « changer » de main. Dans des conditions pas très orthodoxes. Un « nouveau propriétaire » fait une entrée fracassante sur les lieux avec des manières fort douteuses. « Dans la nuit du samedi 26 mai 2018, des individus se sont introduits dans la maison en escaladant le mur. Ils ont ouvert la porte de l’intérieur et ont commencé à déposer des parpaings », nous confia notre source qui avait assisté très discrètement à la scène. C’étaient les hommes d’El Hadj Baldé, le « nouveau propriétaire » de la maison appartenant à Feu Timothy Agbetsiafa Anthony. Et comme dans une succession d’évènements, les choses s’enchaînent. Elles s’accélèrent même. Mais la célérité des travaux cache visiblement des zones d’ombre qui entachent cette acquisition.

Le dimanche 03 juin 2018, des gendarmes investissent les lieux. Selon les témoins, ils étaient munis de gaz lacrymogène et étaient venus « protéger El Hadj Baldé et les ouvriers sur son nouveau chantier ». Bien avant cette scène à laquelle l’huissier de Justice, Me Sallah muni d’une ordonnance de « Cessation des travaux », était resté impuissant, les gros bras avaient expulsé de la maison les occupants dont certains sont des descendants du Feu Timothy Agbetsiafa Anthony. Toujours dans notre quête de savoir ce qui se passe autour de cet immeuble qui fait partie des patrimoines historiques du marché d’Adawlato, il nous est tombé sous la main une sommation de déguerpir de la maison dans 72 heures, envoyée aux occupants de la maison. Elle a été signée des mains de l’huissier, Me Essodjoto Kpatcha. Aussi avons-nous eu copie de la requête de fin de cessation des travaux.

Autant d’éléments intrigants qui nous poussent à nous interroger sur les conditions d’ « acquisition » de la maison Timothy Agbetsiafa Anthony qui, jusqu’à ce jour, est gérée par le comité « La Succession T. A. Anthony ». Qu’est-ce qui pousse El Hadj Baldé à accélérer la construction ? Se reproche-t-il quelque chose ? Pourquoi cette présence permanente des forces de l’ordre dans la maison et autour de lui ? Des questionnements que nous tenterons d’élucider au fur et à mesure que notre enquête progressera. Pour le moment, elle n’est qu’à son début et promet des déballages. Du côté du comité de gestion, on affiche une sérénité.

Source : L’Alternative

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here