Togo-Les Projets de Adebowale Adesina, Ambassadeur du Nigéria

L’Ambassadeur du Nigéria au Togo, M. Julius Adebowale Adesina, s’est récemment exprimé sur ce qu’il a trouvé sur le terrain à son nouveau poste et ses projets d’avenir, dans un entretien avec le journal Nigérian The Punch.

Vous avez récemment repris vos fonctions au Togo en tant qu’ambassadeur du Nigéria. Quelles sont les choses qui vous ont immédiatement frappé dans ce pays et ses habitants ?

Fait intéressant, avant ce déploiement, j’avais été partout sur le continent africain, à l’exception du Togo et de quelques autres endroits. Ainsi, mon affectation au Togo a été pour moi l’occasion de découvrir un nouveau pays d’Afrique. Bien sûr, je savais, à travers des revues de littérature et des études d’actualité, à quel point le Togo a toujours été l’un des partenaires les plus stratégiques du Nigeria dans la sous-région ouest-africaine. C’est également l’un des pays d’Afrique avec la plus grande population de Nigérians. Je suis arrivé et j’ai trouvé un peuple très accommodant, un peuple très ambitieux, très humble mais affirmé, un pays beaucoup plus petit en termes de taille et de population que le Nigeria mais avec de grandes ambitions.

Vous allez vivre et travailler au Togo pendant au moins les deux prochaines années, qu’attendez-vous avec impatience ?

J’ai également rencontré quelques membres du personnel de l’ambassade, en petit nombre mais très compétents, qui semblaient ressentir mon désir de faire avancer les choses entre nos deux pays et m’ont rejoint dans la course dès que j’ai touché le sol. Alors, ce que nous attendons avec impatience, c’est la réalisation des objectifs que nous nous sommes fixés sur la base des interactions avec nos frères et sœurs togolais, les nigérians d’ici et chez nous ainsi que toutes les personnes de bonne volonté, dont le résumé est la prospérité et progrès des deux côtés. Vous voyez, nous sommes déterminés à faire en sorte que le Nigeria et le Togo rappellent au monde que le mot « frère » ou « soeur » n’est pas utilisé de manière lâche sur le continent africain ou parmi les Africains. Et j’ai un précédent à suivre : la fondation de notre organisation régionale, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, a été menée par le Nigeria et le Togo dans un esprit de fraternité ! Nous sommes partenaires depuis toujours et il est maintenant temps de traduire ce partenariat en progrès mesurables de nos peuples des deux côtés. Le leadership au Togo aujourd’hui, assez joliment, est celui qui se soucie passionnément du développement. Pour elle, c’est développement, développement et développement ! C’est en phase avec le mandat que le président Muhammadu Buhari m’a confié et permet de faire le travail.

Vous avez présenté vos lettres de créance au président Faure Gnassingbé le 23 juillet. Comment décririez-vous l’occasion et l’expérience ?

C’était une occasion simple mais très élégante. C’est le jour où j’ai officiellement commencé mon travail d’ambassadeur. Donc, pratiquement, j’ai fait deux mois de travail. Mais ce fut deux mois d’excitation, de rythme effréné et de grandes promesses. Le président Faure Essozimna Gnassingbé m’a reçu très chaleureusement. Nous avons échangé des idées et des promesses. Depuis, j’ai rencontré Madame le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères, bien sûr, et une foule d’autres dirigeants, notamment le ministre du Commerce avec qui j’espère travailler très étroitement. Nous avons une grande région, l’Afrique de l’Ouest, et notre peuple est prêt à rugir ! Le Togo et le Nigeria feront de nouvelles et grandes choses ensemble.

En tant qu’ancien rédacteur en chef et directeur des opérations du groupe de journaux The Guardian, comment décririez-vous votre transition du journalisme à la diplomatie internationale ?

Tout d’abord, je dois exprimer ma gratitude au président Muhammadu Buhari pour m’avoir trouvé digne de cette mission, faisant de moi une partie des fantassins dans la bataille pour apporter un changement positif à notre pays. Je remercie également notre ministre des Affaires étrangères, M. Geoffery Onyeama, pour son leadership et ses conseils toujours rapides que j’ai personnellement appréciés. Pour en revenir à votre question, si la devise du Boys’ Scout Movement est Be Prepared, je pense que la pratique du journalisme, surtout si vous avez exercé ce métier pendant un certain temps comme je l’ai fait, serait un accent emphatique Vous êtes prêt à tout ! La profession vous prépare à tout car elle vous permet de tout voir, de tout couvrir, de tout rencontrer et apparemment de tout savoir. C’est une profession dans laquelle vous pensez sur vos pieds, vous apprenez vite et comprenez si bien tous les problèmes. Et rappelez-vous, la diplomatie exige également que vous ayez une compréhension complète des affaires intérieures de votre pays et, bien sûr, de sa politique étrangère pour que vous puissiez atteindre les objectifs souhaités dans vos engagements avec le pays de votre accréditation. Ainsi, la transition s’est faite en douceur, elle est en cours et elle se poursuivra car des changements surviennent chaque jour. Je n’arrêterai pas d’apprendre. Je continuerai aussi pour toujours! L’histoire de notre pays montre à quel point les journalistes qui ont réussi ont occupé des postes de direction. En tant que croisés pour l’indépendance, ils étaient des gagnants. En tant que dirigeants dans presque tous les postes, que ce soit en tant que premier ministre ou président, en tant que gouverneurs ou en tant que ministres, les journalistes ne sont peut-être pas parfaits, mais les faits historiques les qualifient d’« excellents ». n’en faites pas moins.

De quelle partie de vos expériences journalistiques espérez-vous profiter dans votre nouveau rôle d’envoyé ?

Tous les aspects! Capacité à s’engager, à écouter, à interroger les problèmes, à informer, à communiquer, à éduquer, à établir des relations, à comprendre, à faire preuve d’empathie et à être un vecteur de vérité. Ma compréhension préférée de la “préparation” du journaliste pour n’importe quel travail sur terre est directement issue des pensées de deux rédacteurs légendaires, Henry Robinson “Harry” Luce du magazine TIME et Osborne Elliot de Newsweek International Magazine.

Harry Luce a dit un jour que les journalistes étaient aux commandes d’un secteur important de combattants dans la bataille pour l’expansion des frontières de la liberté, de la prospérité et de la responsabilité. Je crois que c’est aussi ce que font les ambassadeurs en favorisant les bonnes relations entre les nations et les peuples ! A la tête du magazine NEWSWEEK de 1960 à 1976, Osborn Elliott a également estimé que le journalisme n’est rien d’autre qu’une vocation spirituelle, dans laquelle le journaliste est totalement consumé au service de la société.

Lorsqu’il est ensuite devenu doyen de la Graduate School of Journalism de Columbia, a-t-il déclaré dans ses mémoires, lui et ses collègues se sont mis d’accord sur un fait : ils ne pouvaient pas enseigner le journalisme, car ce n’est pas seulement une profession mais une vocation qui vit à jamais dans le cœur des pratiquants. Au contraire, a-t-il dit, ils ne pouvaient qu’enseigner aux journalistes : à être précis et objectifs dans leurs relations, à apprécier tous les aspects d’une situation, à montrer du respect et à souligner le sort de ceux sur lesquels la vie accumule souvent ses indignités, entre autres leçons. Donc, je crois que le journalisme nous apprend à diriger et à servir, à quelque titre que ce soit.

Quels ont été vos moments les plus mémorables dans le journalisme ?

Je me souviens avoir été nommé rédacteur en chef du magazine The African Guardian à l’âge de 27 ans, devenant le plus jeune homme à être à la tête d’une publication majeure à l’époque. Je suis devenu le rédacteur en chef adjoint du Guardian (Daily) et le rédacteur en chef pionnier du Guardian samedi, une publication hebdomadaire qui a battu des records de ventes au cours de sa première année. J’ai été nommé rédacteur en chef du produit phare, The Guardian, en 1999, et j’ai occupé ce poste pendant plus de 12 ans.

Un autre souvenir mémorable pour moi a été d’avoir remporté, pour un nombre record de sept fois, le prix du rédacteur en chef de l’année des deux prestigieuses fondations et d’avoir été nommé Jeune éminent de l’année, parmi de nombreux autres honneurs. J’étais aussi une fois le seul Nigérian sur le panel de juges pour les lauriers du journaliste africain de l’année de CNN.

Le Forum économique mondial de Davos, en Suisse, m’a décerné le prix du « Jeune leader mondial » en 2007, devenant l’un d’un groupe restreint de jeunes hommes et femmes issus de différents horizons professionnels à travers le monde, traçant une nouvelle voie pour le développement mondial.

Bien qu’en 2008, j’ai été nommé commissaire fédéral à la Commission de la responsabilité budgétaire par le défunt président Umaru Musa Yar’Adua, j’ai ensuite démissionné pour me concentrer sur ma pratique journalistique.

En présentant vos lettres de créance au président togolais, vous avez dit que vous travailleriez à la réactivation des accords commerciaux bilatéraux entre le Nigeria et le Togo. Qu’impliquent ces accords commerciaux bilatéraux et quel est leur statut actuel ?

L’Accord commercial bilatéral s’inscrit dans le cadre de l’Accord de coopération économique, scientifique et culturelle signé entre le Nigéria et le Togo en 1989. Le Togo et le Nigéria ont parcouru un long chemin ensemble, comme je l’ai dit plus tôt. Nous sommes co-fondateurs de la CEDEAO et avons toujours été partenaires. Même si, en taille et en population, c’est un pays plus petit que le Nigeria, mais c’est un pays avec un leadership doté d’un grand cœur et d’un peuple avec de grandes ambitions. Il existe d’énormes activités commerciales entre le Nigeria et le Togo, que nous espérons contribuer à développer encore plus. Il y a tellement de domaines dans lesquels, ensemble, nous gagnons tous les deux non seulement pour notre région mais aussi pour l’Afrique.

Vous avez également évoqué la réactivation de la Commission mixte Nigeria-Togo. Pouvez-vous nous donner une perspective historique sur cette commission et dans quelle mesure la réactivation sera bénéfique pour les deux pays ?

Ressusciter la Commission mixte Nigeria-Togo moribonde, c’est ce dont nous avons besoin maintenant pour redynamiser notre coopération bilatérale. Nous avons tous les deux signé un accord de commission mixte en décembre 1989 à Lagos. La session inaugurale devait ensuite se tenir à Lomé, au Togo. Ceci, cependant, n’a pas pu se matérialiser avant décembre 2010. Et depuis lors, c’est calme des deux côtés.

Dans l’ensemble, la Commission mixte est bénéfique car elle reste la plate-forme puissante pour un engagement très significatif entre le Nigeria et le Togo. Sans cela, le cadre propice à tout ce que nous pouvons et devons faire ensemble ferait défaut. Par conséquent, la deuxième session de la Commission mixte Nigéria-Togo, à laquelle nous travaillons déjà, devrait examiner les documents existants et explorer les possibilités d’étendre à d’autres domaines de coopération.

Nous avons également essayé, depuis mon arrivée, de coopter le secteur privé dans nos plans. Dans ma quête d’accroître les opportunités pour la prospérité de nos peuples des deux côtés, j’ai lancé le processus de création d’un Conseil d’affaires Nigeria-Togo en vue de rapprocher les hommes d’affaires et les investisseurs des deux pays. Nous avons rencontré le ministre du Commerce ici et avons reçu d’énormes encouragements. J’ai rencontré la Présidente de la Chambre de Commerce du Togo, Mme Nathalie Manzinewe Bitho, et ses responsables. J’ai prévu une rencontre avec les membres de l’Association des entrepreneurs togolais, l’AGET.

Du côté du Nigéria, le directeur général de l’Association nigériane des chambres de commerce, d’industrie, des mines et de l’agriculture, NACCIMA. L’ambassadeur Ayo Olukanni s’est montré enthousiaste et très serviable. J’ai été en contact avec l’ingénieur Mansur Ahmed de l’Association des fabricants du Nigeria, MAN, qui fait également partie du groupe Dangote, ainsi qu’Alhaji Jani Ibrahim, également de MAN. J’ai parlé avec des responsables du Conseil nigérian de promotion des investissements, du Conseil nigérian de promotion des exportations et il y a un grand enthousiasme tout autour. C’est sans compter les nombreux hommes et femmes d’affaires qui sont déjà à bord. Une réunion a lieu bientôt pour que de vraies affaires commencent.

En plus de ceux-ci, quels autres problèmes retiendront immédiatement votre attention lorsque vous vous installerez dans vos fonctions ?

Nous travaillons sur des échanges culturels et des collaborations dans l’éducation ainsi que le sport. Nous travaillons également avec certains membres du monde universitaire à l’Université de Lomé et au Nigeria pour former un forum d’idées Nigeria-Togo. Je crois simplement que nos deux pays sont trop importants pour notre région et pour l’Afrique en général pour ne pas former un front commun pour l’édification de la Race Noire !

Avez-vous eu la chance de rencontrer certains des Nigérians vivant au Togo ; quelles sont leurs préoccupations ?

Je ne les ai pas seulement tous rencontrés, à tous les niveaux, je suis impressionné par la coopération que j’ai reçue de chacun. Beaucoup de Nigérians de haut calibre travaillent en effet avec moi sur toutes ces idées.

Comme dit précédemment, il y a une énorme population de Nigérians au Togo tout comme il y a une grande communauté de Togolais au Nigéria. L’idée de construire la prospérité des deux côtés est donc la chose intelligente à faire.

Il y a quelques défis, en particulier les questions consulaires impliquant des Nigérians, mais ils sont en train d’être traités. Par exemple, les Nigérians au Togo ne peuvent pas obtenir de passeports à Lomé maintenant. Ils doivent rentrer chez eux ou aller au Ghana. Mais, comme je l’ai dit, cela retient l’attention et je pense que nous allons bientôt le mettre derrière nous.

En effet, tous les problèmes qui nous freinent ou nous tirent en arrière sont traités au fur et à mesure de l’avancement des engagements. Je l’ai dit et je le répète : nos frontières ne sont pas censées être des garde-fous les uns contre les autres. Ce sont des lignes de commodité et d’ordre, pas des barrières à notre progrès collectif.

Avec The Punch

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.