Togo-Les journalistes racontent leur vie 1 an après les révélations du Pegasus

Un an après l’annonce d’une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone prétendument sélectionnés pour être surveillés par le logiciel espion Pegasus, les journalistes du monde entier continuent de vivre et de travailler avec la crainte que leurs téléphones puissent être utilisés pour suivre leurs conversations et pénétrer tous les contacts personnels et professionnels, données stockées sur leurs appareils, a rappelé le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) dans un nouveau communiqué publié le lundi 18 juillet 2022.

Le projet Pegasus, une enquête d’Amnesty International et d’un consortium de médias coordonnés par Forbidden Stories, a révélé en juillet 2021 qu’au moins 180 journalistes figuraient parmi ceux de plus de 50 pays susceptibles d’avoir été ciblés par le logiciel de surveillance sophistiqué.

Trois journalistes du Togo, figuraient sur la liste du projet Pegasus. Ils ont informé CPJ à l’époque comment les révélations avaient causé des « nuits cauchemardesques » et des dommages à leur vie personnelle et professionnelle. Douze mois plus tard, ils disent que la perspective d’être surveillé génère toujours une paranoïa omniprésente et entrave leurs communications avec leurs sources.

« Depuis que j’ai entendu cette nouvelle jusqu’à aujourd’hui, je ne peux plus communiquer facilement avec mon téléphone », a récemment déclaré au CPJ Ferdinand Ayité, Directeur du journal togolais d’investigation L’Alternative, au sujet des implications de l’inscription de son numéro de téléphone. “Il y a une sorte de peur permanente qui m’oblige à changer de moyen de communication.”

“Cette crainte est aggravée alors que les autorités togolaises intensifient leur répression contre la presse indépendante depuis les révélations du projet Pegasus.”, regrette l’ONG.

Cependant, le groupe NSO, la société israélienne qui vend le logiciel espion Pegasus, a nié tout lien avec la liste du projet Pegasus et a déclaré qu’il vendait uniquement des logiciels espions aux gouvernements pour lutter contre le terrorisme et le crime. “Néanmoins, les recherches montrent que des journalistes et leurs proches ont été ciblés, ainsi que des militants et des politiciens, dans le monde entier.”, ajoute le CPJ.

Citizen Lab, un groupe de recherche basé à l’Université de Toronto, a découvert que le clergé togolais avait été sélectionné pour la surveillance Pegasus en 2019. De même, Amnesty International a signalé qu’un défenseur togolais des droits humains, qui avait demandé l’anonymat pour des raisons de sécurité, avait été ciblé par un autre Logiciels espions fabriqués en Inde fin 2019 et début 2020.

Ferdinand Ayité, comme d’autres journalistes dont les téléphones auraient été répertoriés pour une surveillance potentielle dans des pays allant du Maroc au Mexique en passant par l’Inde et la Hongrie, a déclaré que les révélations avaient affecté leur capacité à travailler. « Les sources nous traitent différemment. Plusieurs personnes hésitent à prendre nos appels téléphoniques, et nous sommes obligés de procéder autrement », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : “Personnellement, je n’appelle plus certaines sources… A ce jour, je continue à penser que mes communications sont toujours suivies et écoutées et cela a un impact négatif sur le travail”.

Ferdinand Ayité et deux autres journalistes, Komlanvi Ketohou et Luc Abaki, dont les contacts figurent parmi les plus de 300 numéros de téléphone togolais figurant sur la liste du projet Pegasus, n’ont pas confirmé si leurs appareils avaient déjà été infectés par le logiciel espion. Mais ils ont expliqué au CPJ comment la menace de surveillance a façonné leurs préoccupations plus larges concernant la liberté d’expression au Togo.

Vivant à l’extérieur du Togo, Ketohou a déclaré au CPJ qu’il restait préoccupé par la portée transnationale du gouvernement togolais. Il a déclaré ces derniers mois avoir reçu des appels vidéo de numéros qu’il ne connaissait pas, auxquels il a refusé de répondre. Même sans preuve suggérant que les appelants souhaitaient lui faire du mal, Ketuhou a déclaré qu’il craignait qu’ils ne cherchent à confirmer visuellement qu’il s’agissait de son téléphone et à collecter des informations sur sa localisation.

Luc Abaki, qui travaille comme journaliste indépendant, a aussi confié au CPJ que bien que le fait d’être répertorié dans la fuite du projet Pegasus n’ait pas changé de manière significative sa vie privée, « certaines personnes, en particulier proches du pouvoir, évitent soigneusement » ses appels, en particulier téléphoniques.
«Cela signifie que je n’ai plus accès à certaines informations parfois essentielles pour le travail que je fais en tant que journaliste.», déplore le confrère.

Dans ce dernier communiqué, l’ONG basée à New York, aux USA, indique avoir joint par téléphone le 15 juillet dernier, le ministre togolais de la Communication Akodah Ayewouadan. Ce dernier aurait réitéré que le gouvernement n’avait aucun lien avec le groupe NSO.

Le gouvernement “n’a pas utilisé ce logiciel espion [Pegasus] et nous n’avons pas communiqué à ce sujet” a-t-il martelé. Ayewouadan a par ailleurs demandé qu’on lui envoie des questions écrites, mais au lundi 18 juillet 2022, le CPJ n’avait reçu aucune réponse à ces questions écrites.

Source : icilome.com