Togo-Le rapatriement des restes de Sylvanus Olympio, l’évangéliste Dzogbama y tient toujours

0
90

En prélude à la 64è édition de la fête de l’indépendance, l’évangéliste Emmanuel Koffi Dzogbéla insiste sur le fait qu’il important que les restes du père de l’indépendance soient rapatriés au Togo.

Célébrer la fête de l’indépendance alors que le corps de Syvalnus Olympio, le père de l’indépendance voire le père de la nation selon certains, est toujours resté en territoire étranger, à Agouégan au Bénin, n’a pas de sens. C’est l’avis de l’évangéliste Emmanuel Koffi Dzogbema, également président de l’association: « Si le cœur change, le monde change ». « Nous ne pouvons pas célébrer une fête nationale qui est notre fête de l’indépendance en l’absence du Père de l’Indépendance qui est Sylvanus Olympio, il est le Père de l’indépendance », rappelle l’homme de Dieu.

Et d’enchaîner : « Chaque fois, nous fêtons la fête de l’indépendance en son absence. Donc, je voudrais encore une fois de plus demander aux autorités, plus précisément au chef de l’Etat qui est le garant de la cohésion nationale le rapatriement des restes du Père de l’indépendance du Togo pour que la fête soit belle ».

Sylvanus Olympio, le premier président du Togo démocratiquement élu, a été assassiné le 13 janvier 1963. Son corps n’est pas jamais rapatrié dans son pays.

Deuil national

« Pour cette année, nous demandons trois jours de deuil national à compter de ce mercredi 24 avril 2024 ; que les hommes nouent un pagne au coup et que les femmes soient habillées en noir pour exprimer nos souffrances parce que nous sommes orphelins de notre indépendance », recommande.

« Il n’y a pas fête, pas de réjouissance nationale, que cette édition de la fête soit un moment de deuil national pour démontrer aussi à Dieu que nous avons péché et nous demandons la rémission de nos péchés », insiste Emmanuel Koffi Dzogbema.

Source : icilome.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.