Togo: la DMK toujours coincée en l’an 2020

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires, Payadowa Boukpessi, a invité les partis politiques pour un deuxième round de consultations en vue des élections régionales prévues pour cette année.

Même les partis membres de la Dynamique monseigneur Kpodzro (DMK) qui continue de réclamer la victoire de son candidat Agbéyomé Messan Kodjo, ont été conviés pour ces échanges. Mais, finalement, il semble que les membres du regroupement ont brillé par leur absence.

Dimanche dernier, lors d’une émission sur la radio Pyramide FM, la coordinatrice de la DMK et secrétaire générale de la CDPA, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, avait déclaré que, « sur le principe on ne peut pas être contre » des discussions entre les acteurs politiques.

A LIRE AUSSI: Fonds d’entretien routier: où sont passés les 165,541 milliards ?

Il faut préciser toutefois que cette dernière a émis des réserves, notamment en ce qui concerne le règlement du contentieux électoral qu’ils ont euxmêmes contribué à créer et à alimenter jusqu’à ce jour.

On s’attendait quand même à voir certains partis membres de la DMK répondre à ce rendez-vous. Mais, le regroupement reste bloqué sur ses revendications. Dans un communiqué publié hier, la DMK exprime ses attentes. « La DMK pense que pour amener le peuple togolais à adhérer à toute initiative concernant la gouvernance politique, il y a des questions urgentes à régler de façon consensuelle avant les discussions projetées », précise le communiqué.

Madame AdjamagboJohnson et ses collègues évoquent entre autres, le contentieux électoral né de l’élection présidentielle du 22 février 2020, l’abandon des charges et poursuites judiciaires contre les responsables de la DMK y compris Kokou Dekpo dit prophète Esaïe et le retour au Togo et en toute sécurité du docteur Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo.

«L’éthique commande que ce soit prioritairement avec la DMK que les pourparlers politiques, élargis aux autres formations politiques soient menés en vue de déboucher sur une réconciliation nationale dont notre pays a besoin pour se relancer », ajoute le communiqué. La DMK a le droit de prendre cette position, mais, il faut que le regroupement fasse attention à ne pas tomber dans son propre piège.

A LIRE AUSSI: Bilan des 100 jours : la « Victoire » de Faure Gnassingbé !

En effet, de grands partis politiques représentatifs de la population togolaise sur le plan électoral ont répondu favorablement à l’appel du ministre Boukpessi. Le gouvernement ne les attendra certainement pas pour enclencher le processus. Et il n’est pas non plus évident qu’ils obtiennent gain de cause en ce qui concerne leurs revendications. Alors, ne sont-ils pas en train de perdre du temps pour rien ?

Togo Matin

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.