Togo : Il se sent et il se dit plus fort que toi!

Il possède les armes, les tribunaux, les prisons, les relations, l’argent… toutes les chaînes, les moyens pour te réduire à néant, injustement !

Il décrète que tout cela est juste parce que le décret, c’est lui, la justice aussi, c’est lui ! Comme l’armée, c’est lui ! La gendarmerie, c’est lui, la police, c’est lui ! Le pays tout entier lui appartient. Il s’étend, s’étale… visqueux, tentaculaire. Et si tu résistes, tu bronches, il te chasse, te poursuit, te tue, t’écrase.

Et toi, fuyant, tombant, rampant dans la boue, recroquevillé dans un trou, un cachot obscur, les cheveux, le visage, les membres couverts de sang et de poussière, le corps endolori, la voix éplorée, agonisant, mourant, tu n’es sûr que d’une seule chose et tu le dis, sans ambiguïté, dans ta langue, non comme l’expression de la haine, rouge comme un feu dévorant, mais juste comme celle de la foi en l’existence d’une Justice : Elle compte les cheveux de ma tête et ceux de la tête des milliers de gens comme moi ! Elle les compte depuis le premier martyr, Sylvanus Olympio. Les compterons-nous tous, jusqu’à Joël Égah, dernièrement en prison, sans oublier Mouta Gli-Gli-Amorin, mort en exil, neveu de Tavio Amorin, abattu en pleine rue à Lomé ?

Non, mais la Justice les connait tous et donc les compte. Elle compte la quantité de sang que j’ai versé et que je verse encore jusqu’à la mort. Comme la quantité de sang versée par des milliers de gens qui ont subi le même sort que moi ! La quantité de sang, de gouttes de sang comme de sanglots, de gémissements dont je me suis vidé en même temps que de mon souffle, multiplié par cent, mille, dix mille…

Et elle fait les opérations, surtout les multiplications de cheveux, de sang, de sanglots, de cervelles déversées, de souffles, de faim et de soif subies, de chairs déchirées, de cadavres, de calvaires, de croix. Et il faut faire une addition de tout cela au pays et en dehors du pays, subi injustement. Et tout cela ne retomberait pas sur la tête, les cheveux, les os, de celui qui te les fait subir ?

Du haut du mont Justice, de lourds rochers, de toutes régions et toutes dimensions, grossis d’année en année, dégringoleront sur sa tête dans un fracas indescriptible ! Quelle est la différence entre ta tête et sa tête ? Et la tête des milliers qu’il a fait tomber et sa tête à lui ?

Senouvo Agbota Zinsou
7 mars 2022

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.