Togo-Gilbert Bawara : « Mgr Kpodzro n’a rien à craindre…»

Gilbert Bawara

Gilbert Bawara ne croit pas à « l’exfiltration » de Mgr Kpodzro en Suède. Il parle plutôt d’une « réinstallation ». Il demande par ailleurs au prélat de revenir au bercail pour vivre parmi les siens.

A entendre l’ancien fonctionnaire du système des nations unies, Mgr Kpodzro n’a rien fait pour mériter une « exfiltration ». Et sa vie n’est aucunement en danger, comme son regroupement politique voulait le faire croire. Gilbert Bawara estime qu’un nonagénaire comme Mgr Kpodzro devrait normalement vivre avec les siens dans son milieu naturel.

« Qu’est-ce qu’on peut espérer pour un nonagénaire comme Mgr Kpodzro ? Qu’il soit dans son milieu naturel, qu’il se réveille auprès des siens, qu’il puisse se balader dans les rues de Lomé tranquillement. En avril 2020, s’il y avait une raison d’inquiéter l’Archevêque émérite, il l’aurait été inquiété. Il a été accompagné tranquillement dans sa résidence. A un moment donné, pour des raisons qui lui sont propres, il a décidé de partir, de demander l’asile dans un pays étranger. Donc le Togo n’a strictement rien à avoir avec sa situation », a lâché Gilbert Bawara.

Le ministre en charge de la Fonction publique soupçonne par ailleurs l’entourage immédiat du prélat d’être à l’origine de ce départ vers Suède. Gilbert Bawara pense que le prélat est manipulé par ses proches.

« Il y a des gens qu’on dit qu’ils le manipulent ou le prennent en otage. Est-ce que ce n’est pas le rêve de ces gens-là de se réfugier, et ils ont suscité des situations pour pouvoir bénéficier de ce départ en Europe ? Sinon à ma connaissance, il n’y a jamais de procédure judiciaire ou administrative ou policière à l’encontre de l’émérite. S’il n’y a jamais eu, c’est qu’il n’y en aura pas », a ajouté le ministre.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.