Togo- Ferdinand Ayité: « Ma famille fait l’objet d’intimidation »

0
325

Sur sa page Facebook, le journaliste Ferdinand Ayité fait des révélations. Le Directeur de publication de “L’Alternative” indique que depuis qu’il a quitté le pays, sa famille fait permanemment objet d’intimidation et de harcèlement. Lisez plutôt!

“Bonjour à tous. Existe-t-il un délit de famille ou de parenté au Togo ? Depuis que j’ai quitté le Togo, ma petite famille fait l’objet d’intimidation et de harcèlement permanent. Je n’ai pas voulu en partager parce que je pensais à des agitations de quelques zélés qui ont échoué à me mettre la main dessus. Mais le virage que ces intimidations prennent devient inquiétant, m’obligeant à rompre le silence.

Depuis le scandale du pétrolegate et les menaces de mort qui s’en sont suivies, nos partenaires, que je remercie ici, ont installé à mon domicile un système de vidéosurveillance. Mon domicile ne cesse de faire l’objet de repérages de jour comme de nuit par des individus non identifiés, soit à moto, soit à bord de véhicules. Ces individus utilisent surtout la nuit les mêmes véhicules avec des plaques d’immatriculation différentes. La fréquence des passages nocturnes est de trois fois par semaine et surtout au-delà de minuit. Les véhicules viennent se garer à proximité du domicile pendant des heures avant de repartir. Les données (plaques d’immatriculation, type de véhicule, heure d’arrivée et de départ, gestes) sont répertoriées par un agent de sécurité en plus de la vidéosurveillance.

Les visites étant plus régulières ces derniers jours, il a été procédé à un entretien du dispositif de vidéosurveillance et à la pose d’une lampe plus puissante. Ce 19 juin, dès que les techniciens sont partis, vers 21 h 26, dans la nuit, l’individu à bord de ce véhicule, dont les images sont captées par la vidéosurveillance, est passé filmer la maison dans tous ses aspects durant 15 minutes. Comme ils ont finalement su que la maison est sous vidéosurveillance, il est resté à distance pour filmer. Un indic posté dans le quartier renseigne régulièrement ses patrons des mouvements autour de mon domicile. En attendant que des voix que j’ai mandatées prennent la parole pour informer l’opinion avec les données collectées, je voudrais interpeller directement le ministre de la Sécurité sur les événements en cours et surtout sur la sécurité de ma famille.

Nous savons comment les gens opèrent des braquages déguisés au Togo. Je tiens à informer l’opinion, les ODDH, les diplomates, les organisations partenaires des menaces en cours sur ma famille. Le régime avait planifié notre arrestation, celle d’Isidore et de Ferdinand, notre condamnation à 3 ans de prison, surtout notre incarcération à la prison de Kazaboua (Agombio), réhabilitée où se sont réfugiés les djihadistes. Ayant lamentablement échoué à nous mettre le grappin dessus, leur police secrète se décharge sur nos familles dans le but de nous réduire au silence. Je prends donc à témoin l’opinion sur les menaces pesant sur ma famille. Merci à tous les amis et partenaires pour leur soutien. Nous resterons vigilants jusqu’au bout. Merci à tous”.

Source : icilome.com