Togo/ Des acteurs du football primés pour dire « Non à la violence dans les stades »

0
515

 L’édition 2018 du projet « non à la violence dans les stades » marquée par une série d’activités a connu son apothéose le 20 juin dernier à Lomé. Plusieurs acteurs ont été primés au cours d’une soirée de récompense. Responsables politiques, sportifs, et professionnels des médias ont honoré de leur présence à cette soirée.

 Le projet « non à la violence dans les stades »,  initié par Erick Matchame, arbitre fédéral officiant en France, vise à contribuer à l’éradication des actes de violences avant, pendant et après chaque rencontre sportive. Plusieurs activités ont meublé cette édition notamment un gala de football, des dons aux centres de formation et districts. Cette soirée de distinction vient boucler l’édition 2018 du projet.

Dirigeants des clubs, joueurs, officiels de match,  groupes de supporters et  journalistes, ont été honorés pour leurs divers rôles dans la promotion du concept de la non-violence dans les stades.

Voici la liste complète des acteurs de non violence primés :

-Meilleur coach féminin non violent: Gandé Sakibou(Tempête fc)

-Meilleur coach D2 non violent: Abass Kassimou (Sara fc)

-Meilleur coach D1 non violent: Ben Adjei (Maranatha fc)

-Meilleur dirigeant foot féminin non violent: El Hadj Moufou (Bella fc)

-Meilleur président D2 non violent: Wilson Bahun (Étoile filante)

-Meilleur président D1 non violent: André Degue( OTR)

-Prix d’encouragement des supporters non violent: Ansepto, Respect et Maman Togo

-Meilleure arbitre femme D1 et D2 non violent: Amedomé Vicentia

-Meilleur arbitre homme D1 et D2 non violent: N’taley Kokou.

-Prix de la motivation féminine à Fifi Assogbavi  responsable chargée des médias du projet non à la violence et à Edwige Apedo secrétaire chargée des finances.

-Meilleur journaliste promoteur de la paix par le sport: Coudjoe Amekudzi.

Au terme de la soirée le promoteur de l’évènement, Erick Matchame, a exprimé sa satisfaction, tout en invitant à perpétuer le concept au cours des différentes rencontres sportives. « La présence de tout un chacun aujourd’hui dans cette salle m’a montré que les gens ont adhéré à ce projet, celui de la non-violence dans les stades.(…) Après, il faudrait que ce soit une habitude naturelle, il faudrait que ce soit instinctivement. Qu’on ne doit pas agresser un adversaire, un coéquipier et officiel de match », a t-il souhaité.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

TogoTopInfos.com