Togo, Constats alarmants de légèretés blâmables : ESOP Ananas d’Adétikopé, financée à plus de 300 millions par le PASA, fermée depuis six mois. Des stocks de production en dégradation…

Antoine Lekpa Gbégbéni

La gestion primitive et approximative de plusieurs structures étatiques constitue de lourdes pertes pour le Togo. Des individus juste parce qu’ils n’ont pas obtenu leur passe droit dans un projet ou programme s’organisent pour tout foutre en l’air. La situation de l’ESOP Ananas d’Adétikopé fermée depuis plus de six mois est une illustration palpable de ses pratiques préjudiciables au développement même du Togo face aux multiples défis.

L’Entreprise Services et Organisation des Producteurs d’Ananas (ESOP Ananas) d’Adétikopé financée par la subvention du Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) à plus de trois cent millions de francs CFA est fermée depuis le 1er octobre 2020 par Koutera Bataka, ancien ministre de l’Agriculture, de la Production animale et Halieutique à la veille de son depart du gouvernement , rendant ainsi le personnel de l’unité de production du jus d’ananas au chômage ainsi que le bâtiment de l’unité et la chaine de production dans un état degradant.

Les faits remontent à septembre 2020, où le Coordonnateur du PASA, Dahouda Djélé avait souhaité la modification des statuts de l’ESOP ANANAS en proposant des nouveaux status au gérant de l’ESOP par le biais de l’un de ses collaborteurs Tanghaye N’mon Nadjombé, Assistant spécialiste passation des marchés du PASA alors qu’ils ne sont pas associés de l’ESOP.

Les nouveaux statuts proposés n’étant pas conforment au modèle ESOP et aux subventions récues, le gérant de l’ESOP ANANAS, Setondji Komlan Aubin a envoyé le 30 septembre 2020 ,un courrier de report de l’Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) qui devait se ténir le 1er octobre 2020 au Coordonnateur du PASA car l’organistion de cette AGE à ses yeux, serait frappée d’irregularité. “Suite à notre courrier référencé 09/EA/DG/2020 du 27 août 2020, sollicitant votre appui technique pour l’organisation de l’Assemblée Générale Extraordinaire de l’ESOP Ananas qui devrait se tenir le 01 octobre 2020 à 14 heures 00, j’ai l’honneur de vous informer que l’AGE est reportée à une date ultérieure. En effet, en date du 15 septembre 2020, une assignation a été délaissée à comparaître devant la Cour d’Appel de Lomé relativement à l’ordonnance qui a été prise pour l’organisation de l’Assemblée Générale Extraordinaire. Cette ordonnance étant retractée selon mes informations, je ne dispose d’aucune base juridique pour prétendre organiser l’Assemblée Générale Extraordinaire. Vu le non aboutissement du dossier, dans ce sens et surtout vu que nous devons régler certains préalables juridiques conformément à notre statut, avant la tenue de l’Assemblée générale extraoridinaire, nous avons décidé de reporter l’AGE à une date ultérieure, à la réorganiser davantage afin de donner un sens authentique pour ne pas être répréhensible aux dispositions juridiques”, révèle le courrier du gérant.

Par ailleurs, la Cour d’Appel de Lomé était même intervenue dans ce dossier en rappelant au Coordonateur du PASA qu’il n’est pas associé de l’unité et du coup ne peut pas prétendre intervenir pour proposer la modification des statuts.

Dans la foulée, le ministre Bataka ,trouve bon de fermer l’unité en rendant le personnel de l’unité au chômage et le bâtiment ainsi que la chaine de production dans un état degradant. “Il m’a été donné de constater que relativement à la tenue des AGE programmées, toutes les ESOP ont pu tenir respectivement leur rencontre à l’exception de l’ESOP d’Adétikopé. À l’analyse du courrier en date du 30 septembre 2020, envoyée in extremist par le gérant de ladite ESOP, au Coordonnateur de PASA la veille de la date prévue et des échanges téléphoniques entre eux, on dénote une volonté manifeste du gérant de bloquer le processus alors même que l’usine avait été préalablement fermée pour relancer son processus de transformation. La gestion de l’ESOP Ananas d’Adétikopé étant sous votre responsabilité, je vous demande de prendre toutes les dispositions nécessaires pour sauvegarder le patrimoine de l’Etat notalmment en procédant immédiatement à la fermeture provisoire de l’unité, au recensement des biens qui y figurent et à la sécurisation du site, et enfin enclencher le processus de recrutement d’une nouvelle équipe au profit de la société anonyme (SA) en création. L’usine n’étant toujours pas opérationnelle, après l’état des lieux, le gérant peut notifier à la DRAPAH, les dettes de l’ESOP envers lui et qui fera l’objet d’études et de traitement par la nouvelle société”, a écrit Koutera pour acter cette fermeture à la hussarde.

A ce jour, les jus produits et stockés dans l’unité seraient en dégradation avancés. Les dernières pluies ont enlevé une partie de la toiture.

Comment peut-on expliquer ces légèretés blâmables? Un projet de plus de 300 millions profitable aux producteurs à plusieurs égards est ainsi laissé à l’abandon depuis plus de six mois.

Le nouveau ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement Rural Antoine Lekpa Gbegbeni qui a hérité de cette situation doit prendre des mesures d’urgence pour parer au plus pressé. Aux dernières nouvelles, l’unité est placée sous la responsabilité du Directeur Régional de l’Agriculture de Tsévié. Mais les portes restent toujours fermées au grand dam des producteurs et du personnel.

K.A.

Source : Le Correcteur

Lire plus sur lecorrecteur.info

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.