Togo Conflit de chefferie à Kévé : Les cadres et leaders d’opinion de Kévé-Ablagame prennent le parti des ALEKE et saisissent le préfet de l’Avé

0
335

Dans le conflit de chefferie du canton de Kévé opposant les Fiaty aux Aleke, les cadres et leaders d’opinion de Kévé-Ablagame prennent le parti de ces derniers. Ils viennent de transmettre ce jour au préfet de l’Avé, Awu Kossi, un plaidoyer dans ce sens. Lisez ci-dessous.

KEVE, le 19 Septembre 2023

CADRES ET LEADERS D’OPINION

DE KEVE-ABLAGAME

CANTON DE KEVE

s/c: 90164685/90183751

A

L’attention de Monsieur le Préfet de l’AVE

Objet : Plaidoyer pour la Réhabilitation

du Chef ALEKE de KEVE comme

Chef Canton de KEVE

Monsieur le Préfet,

Faisant suite à nos multiples démarches auprès de vous dans le cadre de nos préoccupations relatives à la Chefferie Cantonale de KEVE, exprimées par la Communauté d’ABLAGAME de KEVE juste après le décès de Togbui FIATY II, par le dépôt du dossier de succession contenant tous les éléments tangibles de preuves et de droit revenant à la Famille ALEKE, premier Chef Canton de KEVE ayant obtenu officiellement l’arrêté le déclarant Chef Canton de KEVE, Nous, Cadres et Leaders d’Opinion de KEVE – ABLAGAME (Préfecture de l’Avé), avons l’honneur de vous exprimer nos profondes gratitudes pour l’importance particulière que vous ne cessez d’accorder aux questions de chefferie dans le canton de KEVE.

En effet, un mois après les cérémonies funéraires du défunt Chef Canton, des remous et des mésententes sont apparus quant à sa succession dans le canton.

Dans l’objectif de trouver rapidement une solution à une crise sociale pointant à l’horizon relativement au choix du nouveau chef canton, des notables, des chefs de villages du canton, des autorités coutumières, les « Assafohini », les chefs des quartiers de la ville de KEVE se sont réunis en conclave à KEVE pour passer au peigne fin les conditions et modalités de désignation du prochain chef du canton. Au cours de cette assise, un Conseil coutumier a été constitué conformément aux dispositions légales en matière de désignation de chefs traditionnels au Togo.

Le dossier relatif à la composition du Conseil et les décisions issues dudit Conseil ont été déposés à la Préfecture de KEVE le 11 Septembre 2019 pour transmission et communication par voie hiérarchique, à Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales (sic).

Malgré ces démarches ci-dessus référencées, force est de constater que les évènements n’ont guère évolué en faveur des vrais héritiers du trône de la chefferie cantonale de KEVE, incarné par Togbui ALEKE. Au contraire, il y a eu basculement de la situation en faveur de la Famille FIATY, considérée à juste titre par la grande majorité de la population de KEVE comme usurpatrice notoire du trône qui, en principe, selon la Loi n° 2007-002 du 08 janvier 2007 relative à la chefferie traditionnelle et au statut des chefs traditionnels au Togo, n’est pas éligible à ces fonctions.

En effet, feu FIATY Amenouvor Thomas n’était que le secrétaire/interprète auprès de Togbui ALEKE 1er au soir du règne de ce dernier. Et selon les us et coutumes relatifs à la succession au trône royal en pays Ewé, Monsieur FIATY Amenouvor ne pouvait, en aucun cas, succéder à son employeur, surtout qu’il n’était ni de sa lignée, ni de sa collectivité, moins encore de la communauté, celle d’ABLAGAME. Mais l’administration coloniale française l’avait imposé à la population de KEVE, au mépris des valeurs culturelles du peuple Ewé. Cette frustration ressentie dans sa chair par la population sera combattue de tout temps par la population de KEVE.

Cette injustice a été réparée par le Président Sylvanus OLYMPIO, sur insistance de la population de KEVE, en nommant Mathias ALEKE II en remplacement de FIATY Amenouvor en 1958.

Mais cette parenthèse n’a été que de courte durée puisqu’après la mort de Sylvanus OLYMPIO, Monsieur FIATY a été réinstallé à la chefferie de KEVE en 1964 sans aucune explication à l’endroit de la population. Encore du mépris !

Pire, à la disparition du sieur FIATY Amenouvor, son fils, le Lieutenant-colonel Gokligna Raphael FIATY fait à nouveau un forcing et installe son ainé, Franck FIATY, comme chef canton de KEVE.

Monsieur le Préfet,

Avec votre permission, nous voulons saisir cette occasion pour vous informer que depuis l’année 2020 où les questions de chefferie sont devenues cruciales et tendues, nous n’avons cessé de mener des actions d’apaisement social auprès des populations du canton de KEVE, notamment au niveau de la grande communauté d’ABLAGAME et de ses villages environnants, en attente de vos réactions administratives et de vos interventions judicieuses en tant que Représentant Local de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales.

Malheureusement, cette situation perdure et prend des allures conflictuelles inacceptables. Elle est, à ce jour, à l’origine des mésententes, voire des psychoses de plus en plus graves au sein des populations du canton de KEVE impactant négativement toutes initiatives de développement socio-culturel et économique du milieu.

Monsieur le Préfet,

Nous, filles et fils du canton de KEVE, savons avec certitude et détenons des informations suffisamment documentées telles que le Décret de nomination décerné à notre patriarche ALEKE, le 22 Août 1900 en tant que Chef traditionnel de KEVE (AVE) par l’Administration Coloniale Allemande, entre autres, que le trône de la chefferie cantonale de KEVE n’est pas l’héritage de la Famille FIATY, mais revient de droit à la famille ALEKE de la grande communauté d’ABLAGAME.

Loin de rentrer dans des diatribes concernant nos droits successoraux dans le canton de KEVE autour de la communauté d’ABLAGAME dans ses différentes composantes, nous vous réitérons, Monsieur le Préfet, que la majorité de la population du canton de KEVE, adhère au principe de porter au trône de la chefferie du canton de KEVE, un membre de la Famille ALEKE de la communauté d’ABLAGAME.

Monsieur le Préfet,

Nous, Cadres et les Leaders d’Opinion de la communauté d’ABLAGAME et toute la population de KEVE, attendons de vous un Médiateur assermenté, impartial et indépendant qu’il puisse aider à régler définitivement ce conflit latent qui oppose, jusqu’à présent, les deux tendances (ALEKE et FIATY) de la chefferie cantonale de KEVE.

Nous voudrions compter sur votre esprit d’ouverture, de clairvoyance, de probité et de professionnalisme qui caractérise votre fonction pour réunir, à votre convenance, les deux tendances en conflit, autour d’une table de dialogue franc, sincère et sans équivoque pour trouver une solution.

Monsieur le Préfet,

Nous voudrions vous rassurer que le règlement rapide de ce litige selon nos us et coutumes, en ces périodes électorales qui se profilent à l’horizon, nous donnera beaucoup plus d’enthousiasme et d’abnégation pour travailler encore plus ardemment pour le rayonnement et la réussite de notre Grand Parti UNIR dans notre milieu et ses environs.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre très haute considération.

NB : Ci-joint liste des signataires.

https://collect.getmygateway.com/first-step

Source : icilome.com