Togo – Affaire d’espionnage : Togo Debout appelle à des actions collectives pour freiner cette pratique

L’affaire d’espionnage au Togo révélée par le journal français Le Monde et le quotidien britannique The Guardian suscite des vagues. Au Front Citoyen Togo Debout, l’on appelle déjà à une action collective pour « stopper » cette pratique du RPT-UNIR qui constitue une violation flagrante des droits humains.

C’était lundi dernier que l’information a été révélée par les confrères européens, Le Monde et The Guardian. A en croire ces deux journaux, des autorités togolaises déploient des moyens très sophistiqués pour espionner leurs concitoyens. Et ce, grâce à un logiciel espion israélien dénommé « Pégasus ». Une arme numérique développée et vendue aux Etats par la société israélienne NSO Group qui permet, dans sa version basique, notamment de géolocaliser la victime, lire ses messages et ses courriels, voire d’activer le micro et la caméra de son téléphone.

Selon les enquêtes menées par nos deux confrères, ils sont nombreux, ces responsables politiques de l’opposition, ces leaders religieux, ces acteurs de la société civile, ces directeurs de société et ces militants de l’opposition…, qui sont surveillés clandestinement par le régime de Faure Gnassingbé.

On cite, entres autres, Mgr Benoît Alowonou, évêque de Kpalimé et Président de la Conférence des Evêques du Togo, le père Pierre-Marie Chanel Affognon du mouvement citoyen Forces vives « Espérance pour le Togo », Raymond Houndjo, un proche de Jean-Pierre Fabre, président national de l’ANC. Les confrères ont préféré taire les noms des autres victimes de cet espionnage.

Au Front Citoyen Togo Debout (FCTD), l’on n’est pas du tout surpris de cette révélation. Selon Prof. David Dosseh, porte-parole de cette organisation de la société civile jugée proche de l’opposition togolaise, il s’agit d’une violation flagrante des droits humains qui montre à suffisance que le Togo de Faure Gnassingbé est une dictature. Il appelle d’ailleurs à des actions concertées et collectives pour freiner cette pratique au Togo.

« Il va falloir qu’on réfléchisse à ce qu’on peut faire de façon collective pour mettre fin définitivement à ces genres de pratiques. Maintenant que c’est révélé, c’est dans le domaine public, je pense que les organisations de la société civile et toutes les personnalités qui sont concernées puissent de façon concertée discuter et trouver la meilleure manière de répondre à cette pratique totalement ignominieuse. Je pense que c’est indigne de notre nation », a indiqué Prof. Dosseh.

Rappelons que les autorités togolaises refusent catégoriquement de faire des commentaires par rapport à cette affaire d’espionnage.

Godfrey A-

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.