Togo / Absence de statut, poids du travail…: une greffière décède dans son bureau à la Cour d’appel

Il est des décès qui valent mille mots. Celui de dame Odjeke Anoussra Amonlape intervenu vendredi 17 juin 2022 devrait être Le déclic qui doit réveiller les autorités judiciaires afin que les droits des greffiers sans lesquels la justice n’existerait pas, soient pris en compte et respectés.

Elle s’appelle Odjreke Anoussra Amonlape et est greffière à la Cour d’appel de Lomé. Vendredi 17 juin 2022, elle est passée de l’autre côté de la vie, dans son bureau. Selon les informations qui nous sont parvenues, son corps sans vie a été découvert par un secrétaire qui rentrait et avait voulu ouvrir son bureau, histoire de lui dire au revoir. Les membres de sa famille ont-ils été informés et sont-ils arrivés pour constater le décès ? Toujours est-il qu’aux environs de 18 heures, son corps a été déposé à la morgue.

La vie reprendra son cours à la Cour d’appel, sauf que dame Odjreke Amonlape ne sera plus parmi le personnel en général, et le corps des greffiers aura perdu un de ses membres à jamais. Si au moins les revendications pour lesquelles les greffiers avaient manifesté il y a quelques années étaient prises en compte avec l’adoption du statut de ce corps, certainement que le ministre de la Justice aurait moins de culpabilité sur sa conscience. Parce que depuis des années que l’amélioration des conditions de vie et de travail des greffiers est sur la table, plus personne au sein de l’appareil judiciaire ne semble s’en préoccuper.

Qu’est-il advenu du projet de loi pris en conseil des ministres le 11 décembre 2015 ? Ce jour-là, un projet de loi et deux communications étaient sur la table. Si les deux communications ont connu des suites heureuses, il n’en est pas de même dudit projet de loi dont les termes existent toujours.

« Ce projet de loi fixe en effet un statut spécial pour les greffiers et modifie les conditions d’accès à cette profession. Il définit également les conditions d’exercice et organise la progression des carrières dans la profession de greffier. Prenant en compte les objectifs du programme de modernisation de la justice en cours d’exécution au Togo, le projet de loi que vient d’adopter le Conseil permettra de régler dans un souci d’équité et d’efficacité, une part importante des préoccupations professionnelles des greffiers et favorisera ainsi, une bonne administration de la justice, au service des citoyens », tels étaient les justificatifs avancés lors du conseil des ministres.

En d’autres termes, le gouvernement était conscient qu’entre les greffiers et les magistrats, les inégalités étaient grandes et qu’il fallait faire quelque chose. Dans un souci d’équité surtout et pour une bonne administration de la justice. Parce que les greffiers et les juges abattent les mêmes heures de travail, à la différence que les magistrats perçoivent des primes lors des audiences. Mais pas les greffiers. Si ce n’est pas de l’injustice au sein de la justice, on ne trouve pas d’autre mot !

Si ce projet de loi avait connu une suite diligente, certainement que le corps des greffiers ne serait pas entré en grève. Mais contre cette grève lancée par le Syndicat national des greffiers du Togo (SNGT) et l’Association des greffiers du Togo (AGT), les mesures de rétorsion frisaient la démesure : affectations sauvages, salaires coupés, etc. Des mesures qui ont contraint certains greffiers à abandonner la profession et d’autres en étaient morts.

Mais aucun magistrat n’avait osé s’élever contre lesdites mesures du ministre Agbetomey, par esprit de solidarité. Trop frileux ou trop peu soucieux des conditions de travail de leurs collègues greffiers ?

Et pourtant, une plateforme revendicative avait été déposée sur la table du ministre de la Justice bien avant ; les points soulevés étaient tout sauf insolubles. Et c’est du fait du silence de l’autorité que le mouvement de grève avait été mis en branle.

En mémoire de feue Odjreke Anoussra Amonlape, nous reprenons la plateforme revendicative dont la satisfaction permettra à son âme de trouver le repos éternel. Sa mort aura alors servi à quelque chose !

Godson K.

Source : Liberté No.3640 du 22 juin 2022 / libertetogo.info

Source : 27Avril.com