Sylvanus OLYMPIO : brillant élève et étudiant

Nous dédions cette deuxième publication sur le parcours de vie de Sylvanus OLYMPIO à l’évocation de son cursus scolaire et universitaire qui fut particulièrement brillant.

Nous avons déjà vu qu’après avoir commencé ses études primaires à la Mission catholique allemande de Lomé en 1914, il est inscrit à l’Ecole anglaise après la défaite allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale puis passe, en 1919, à l’Ecole coloniale française qu’il termine brillamment comme premier du Togo à l’examen du certificat de fin d’études primaires.

Il a tout juste 18 ans en 1921 lorsque le sieur AMORIN, un de ses oncles, impressionné par son intelligence, son sérieux et ses résultats scolaires, fait les nécessaires et suffisantes pressions sur son père, Elpidio OLYMPIO, pour qu’il l’envoie poursuivre ses études en Angleterre comme son autre fils, César AMORIN, qui deviendra par la suite avocat après avoir suivi la branche « sciences politiques » alors que Sylvanus, lui, suivait la branche économique.

Après avoir quitté les côtes de sa terre natale, le jeune Sylvanus atterrit donc à Londres où il s’inscrit dans un collège universitaire qui prépare les étudiants à entrer à l’université de Londres. Il y obtient un certificat d’aptitude à l’enseignement supérieur (équivalent du baccalauréat) en juin 1922 avant d’entamer un cursus universitaire dans la prestigieuse London School of Economics and Political Science d’où il sortira diplômé avec un Bachelor en commerce en 1926. Il suivra par la suite des cours de droit international à Dijon (France) et à Vienne (Autriche).

A la London School of Economics and Political Science, on retient qu’il a eu comme camarades des étudiants qui auront par la suite de prodigieux destins comme lui : John Fitzgerald KENNEDY, futur président des Etats-Unis d’Amérique et Konrad ADENAUER, futur chancelier d’Allemagne.

Dans l’article que nous publions ci-dessous, Sue Donnelly, archiviste de la London School of Economics and Political Science (LSE), spécialisé dans l’histoire de l’école, fait le point sur les années d’études que Sylvanus OLYMPIO a passées dans cette institution de grande renommée.

Voici ce qu’elle dit à son propos.

Lomé, le 13 octobre 2022

Claude AMEGANVI

Secrétaire chargé de la coordination du Parti des travailleurs

UN ELEVE DE BONNE MORALITE – SYLVANUS OLYMPIO : PREMIER PRESIDENT DU TOGO

En 1925, Sylvanus Olympio est diplômé de la LSE (London School of Economics and Political Science) avec un diplôme B Commerce et a commencé à travailler pour la United Africa Company au Nigeria, écrit l’archiviste LSE Sue Donnelly. En 1961, il a été élu premier président du Togo.

Olympio est né en 1902 dans une famille brésilo-africaine bien connectée. Son père Epiphanio Olympio dirigeait une maison de commerce à Agoué (maintenant partie du Bénin) pour Miller Brothers, une société de Liverpool, et son oncle était l’un des hommes les plus riches du Togo. Olympio a commencé ses études dans une école élémentaire catholique, mais en 1921, il est venu à Londres et s’est inscrit au University Tutorial College, spécialisé dans la préparation des étudiants à l’entrée de l’Université de Londres.

Olympio a passé son diplôme de Londres en juin 1922. Pendant une grande partie de son temps en Angleterre, il a vécu à Cedar Lodge, Caterham, la maison de WG Crocker qui a travaillé pour F & A Swanzy (une partie de la United Africa Company). Crocker était le tuteur d’Olympio pendant qu’il était à Londres.

Depuis l’année universitaire 1923-1924, Olympio s’est concentré sur des cours directement liés au commerce, y compris les éléments de droit commercial, l’organisation des transports, la monnaie et la méthode bancaire et statistique.

Une lettre ultérieure indique que ce n’était pas tout le travail et pas de jeu car il a gagné des couleurs dans la boxe, représentant l’Université de Londres et se renseignant plus tard sur l’achat d’un blazer universitaire.

Au cours de sa dernière année, Olympio s’est inscrit en comptabilité, en géographie physique commerciale, en méthodes commerciales (Afrique tropicale) et en anglais comme langue étrangère. Son conseiller d’études était le professeur Arthur Sargent qui était professeur de commerce à l’Université de Londres depuis 1908. Il y eut des discussions sur l’entrée à l’examen final d’Olympio car il voulait couvrir le commerce de l’Afrique tropicale et être examiné en anglais plutôt qu’en français – la langue principale du Togo. Cela a été accepté par le Comité des diplômes en commerce de l’Université.

Il est clair qu’Olympio n’a pas ignoré le côté pratique de sa formation et en mars 1925, il a reçu une lettre du secrétaire de l’école, Jessy Mair avec une introduction à David Owen, directeur général de l’autorité du port de Londres pour une visite des quais. La lettre décrivait Olympio comme un élève de «bonne moralité».

Après avoir obtenu son diplôme, Olympio a commencé à travailler pour la United Africa Company, d’abord à Londres puis au Nigéria, sans oublier LSE ni ses études. En janvier 1926, son dossier étudiant contient une correspondance entre Eve Evans, la secrétaire adjointe et registraire, la secrétaire d’école Jessy Mair et le professeur Sargent au sujet de la possibilité qu’Olympio entreprenne une maîtrise en commerce. Il prévoyait d’entreprendre ses recherches et la rédaction de sa thèse en Afrique de l’Ouest en retournant à Londres pour présenter sa thèse pour examen. Cela était permis en vertu des règlements de l’Université de Londres et Olympio s’est arrangé pour rencontrer Sargent après le travail pour discuter des options. En 1927, il reprit contact avec l’École pour s’enquérir du London Institute of Book-keepers.

En 1928, Olympio s’installe sur la Gold Coast avant d’être transféré à Lomé au Togo. Tout au long de cette période, Olympio était de plus en plus impliqué dans la politique de son pays d’origine. En 1922, la Grande-Bretagne avait reçu un mandat de la Société des Nations pour gouverner la partie ouest du Togo tandis que les Français détenaient le mandat pour l’est du pays. À partir de 1941, Olympio a dirigé le Comité de l’Unité Togolaise (CUT) faisant campagne pour l’indépendance. L’année suivante, il a été assigné à résidence par le gouvernement de Vichy à Djougou, dans le Dahomey français. Après la Seconde Guerre mondiale, le Togo est devenu un territoire sous tutelle des Nations Unies et, en 1947, Olympio a joué un rôle déterminant dans la pétition au Conseil de tutelle de l’ONU pour une résolution des griefs contre l’implication du gouvernement français dans les élections. Tout au long des années 50, la CUT a été le principal mouvement anticolonial du Togo français.

En 1958, les élections ont vu la CUT devenir la partie dominante de l’Assemblée nationale. Le Togo a obtenu son indépendance en 1960 et en 1961, Olympio est devenu le premier président du Togo en tant que seul candidat à la présidentielle et le CUT a été le seul parti à se présenter aux élections à l’Assemblée nationale, la politique d’Olympio consistant à restreindre la taille de l’armée togolaise et le manque d’opposition conduit à son assassinat par Étienne Eyadéma, un sergent de l’armée française. Il a été remplacé par son beau-frère et rival Nicolas Grunitzky mais Eyadéma a pris le pouvoir en 1967 et est resté président jusqu’en 2005.

Sue Donnelly

30 octobre 2019

Sue Donnelly est l’archiviste de la LSE, spécialisée dans l’histoire de l’école.

Source : icilome.com