Soudan: une vague bleue sur les réseaux sociaux pour réclamer la fin des violences

27

Certains internautes ont mis un fond bleu en guise de photo de profil pour alerter et dénoncer sur les exactions commises par l’armée au pouvoir au Soudan.

Sur Twitter et Instagram ce jeudi, de nombreux utilisateurs affichaient, en guise de photo de profil, un simple fond bleu. Cette démarche vise à alerter sur la situation de crise que traversaient hier encore le Soudan et sa population. Les internautes réclament la fin de la répression et des violences perpétrées par les militaires au pouvoir.

Selon plusieurs sources, le bleu était la couleur préférée de Mohamed Mattar. Cet étudiant londonien de 26 ans aurait été tué le 3 juin au cours de la dispersion du sit-in pacifique organisé par l’opposition à Khartoum.

Le jeune homme serait mort en s’interposant entre deux femmes et des membres des Forces de soutien rapide (RSF), un groupe paramilitaire dirigé par le général « Hemedti », homme fort du Soudan depuis la destitution du président Omar el-Béchir.

100 morts, 500 blessés et une information cadenassée

En plus de rendre hommage à Mattar, les internautes européens désirent honorer, avec cette photo de profil bleue, la mémoire de tous les « martyrs » de la révolution soudanaise, au cours de laquelle au moins 100 personnes auraient été tuées et 500 blessées.

Les utilisateurs de Twitter et Instagram entendent aussi dénoncer la situation sur place. Les locaux en sont actuellement incapables, le pays étant frappé par de nombreuses coupures de connexion internet. L’opposition accuse l’armée d’avoir provoqué ces problèmes de réseau afin de cadenasser l’information.

« Le fait qu’une personne se demande ‘mais pourquoi tout le monde change sa photo en bleu’ pourra attiser la curiosité », explique un twittos. « Il faut jouer avec la curiosité des gens et créer ce genre de mouvement pour que l’opinion publique s’en mêle. »

Vers une résolution du conflit??

Après une semaine de conflits meurtriers, la situation au Soudan semble être en passe de s’améliorer. Mardi, le Conseil militaire au pouvoir a « accepté de libérer tous les détenus politiques », a indiqué Mahmoud Drir, représentant du gouvernement éthiopien, impliqué dans un processus de médiation.

Organe de l’opposition, « l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) a accepté de mettre fin au mouvement de désobéissance civile à partir d’aujourd’hui » et « les deux parties ont accepté de reprendre prochainement les discussions », a également déclaré Drir.

Le département d’État américain a en, outre, annoncé mercredi la nomination d’un émissaire spécial pour la crise au Soudan, l’ex-diplomate Donald Booth, qui avait déjà occupé ce poste. Il sera chargé d’accroître la pression sur les militaires au pouvoir afin qu’ils mettent fin à la répression.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here