Soudan: ecoles détruites, des dizaines d’enfants tués et violés

69

Des dizaines d’enfants ont été tués et abusés sexuellement par des groupes de milices brutaux au Soudan, avec une odeur de cadavres emplissant des écoles.
Au moins 19 enfants ont été tués dans le cadre des troubles qui ont envahi le pays au cours des dernières semaines.

Les médecins pensent maintenant que les paramilitaires ont également commis plus de 70 viols lors d’une attaque contre un camp de protestation à Khartoum la semaine dernière. La violence a éclaté en avril après la destitution d’Omar al-Bashir, l’homme fort du pays qui préside le pays depuis 30 ans.

L’armée a alors lancé une répression brutale contre les manifestants qui organisaient des sit-in et réclamaient une transition vers un régime civil complet.

Depuis lors, des informations font état d’atrocités répétées commises par les Forces de soutien rapide (RSF), une milice notoirement brutale qui tire ses racines du conflit du Darfour, qui a éclaté dans l’ouest du Soudan en 2003.

Les tentatives réussies de l’armée pour couper Internet dans certaines régions ont rendu la communication dans le pays intermittente.

Cependant, un médecin ayant accès aux données compilées par un groupe favorable aux réformes, le Comité central des médecins soudanais, a déclaré au Guardian que les hôpitaux de Khartoum avaient enregistré le viol de civils pendant et après la répression.

Plusieurs témoins ont également décrit des cas sur les médias sociaux, mais la crainte de représailles et le manque de soins disponibles auraient empêché de nombreuses victimes de se faire soigner.

Un film de Sky News cette semaine a montré un journaliste qui tentait d’accéder à une école qui aurait été saccagée par l’armée mais qui aurait été arrêtée par des soldats.

John Sparks et son cameraman ont été menacés de violence lorsqu’ils ont tenté d’entrer dans l’école, mais ils ont déclaré que « la puanteur de ce qui sentait comme des cadavres émanait de l’intérieur ».

ÉCOLES ET HÔPITAUX CIBLÉS

Des militants des droits de l’homme et des experts ont qualifié de fiables les informations faisant état de violences sexuelles.

La Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, a déclaré mardi: «Nous avons reçu des informations selon lesquelles des enfants sont détenus, recrutés pour participer aux combats et victimes d’abus sexuels.

«Les écoles, les hôpitaux et les centres de santé ont été ciblés, pillés et détruits. Les agents de santé ont été attaqués simplement pour avoir fait leur travail.

«Beaucoup de parents ont trop peur de laisser leurs enfants quitter la maison, craignant la violence, le harcèlement et l’anarchie.»

La violence dans les rues a diminué ces derniers jours, mais les grèves générales sont toujours utilisées pour tenter de forcer l’armée à renoncer au pouvoir. Au moins quatre manifestants auraient été tués ce week-end.

Faisal al-Taher, un patient hospitalisé à Khartoum, a reçu une balle dans le dos et a déclaré à Sky News: «Ils [la milice] avait tout, ses armes, ses ordres de tuer, de violer, de piller.

«Ils font ce qu’ils veulent et personne ne les interrogera jamais.

Amin Taleb Hussein, un autre patient qui avait été battu et touché au bras, a déclaré: «Il y a beaucoup de barricades dans notre quartier. Cela crée des problèmes pour l’armée, Dieu merci.

Quand on lui a demandé si la révolution était finie, il a répondu: « Non, non, ce ne sera jamais fini, ce ne sera jamais fini. »

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here