Servitude domestique et travaux forcés

0
336

Le travail des enfants est toujours largement accepté au Togo et le gouvernement ne fait pas assez pour l’arrêter, a déclaré le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les formes contemporaines d’esclavage dans un entretien à Reuters.

De nombreux enfants de ce pays sont forcés très jeunes de servitude domestique ou de travaux forcés, poussés par la pauvreté et les traditions culturelles, a déclaré Urmila Bhoola à l’issue d’une visite au Togo pour évaluer la situation.

‘Les données font défaut, mais il semble que cette pratique concerne principalement les filles et que certaines sont envoyées à l’étranger», a-t-elle déclaré à la Fondation Thomson Reuters.

‘Il est très enraciné dans les pratiques et les traditions culturelles.’

Le Togo se classe au 45e rang sur 167 pays selon l’indice d’esclavage moderne publié par la Walk Free Foundation, qui estime à 50.000 le nombre d’esclaves dans le pays, qui compte environ 8 millions d’habitants.

Le gouvernement est conscient du problème, mais a du mal à l’éradiquer, a déclaré Gilbert Bawara, ministre togolais de la Fonction publique.

‘C’est un problème persistant, principalement dans le secteur informel, où l’application de la législation du travail est beaucoup plus compliquée», a-t-il expliqué.

Republic Of Togo