Sérail: des ministres de Faure attaqués par Charles Kondi Agba

C’est à la fois agaçant et redondant ! Et Charles Kondi Agba en a vraiment horreur. Le président des sages de la majorité au pouvoir (UNIR) a dénoncé, vendredi dernier, l’usage excessif par nombre de ministres togolais de l’expression «Sur instruction personnelle du chef de l’Etat».

Pour l’ancien ministre de la Santé, à force de répéter que telle politique, tel programme ou telle initiative est menée ‘sur instruction personnelle du chef de l’Etat’, les ministres donnent l’impression de se défausser.

A LIRE AUSSI:Niamtougou: les populations veulent la démission du successeur du Colonel Bitala, sinon…

«Certains de nos administrants et ministres cèdent facilement à cette formule. Quand un chef d’État vous nomme, c’est parce qu’il vous a délégué une partie de son pouvoir. Alors, faites le travail et rendez compte», at-il déclaré vendredi sur les ondes d’une radio privée de la capitale togolaise. «Ils n’ont pas besoin de faire ça. 

C’est comme si tout devait venir du pouvoir central et qu’ils manquaient eux-mêmes d’un minimum de capacité d’action», a souligné le Prof. Charles Kondi Agba.

A LIRE AUSSI: Nouveau quinquennat : quelle opposition face à Faure Gnassingbé ?

A rappeler qu’il y a deux ans, Christian Trimua a eu également à dénoncer l’usage de cette formule par nombre de ses collègues. Alors conseiller à la présidence de la République, ce dernier avait indiqué qu’«employer la phrase ‘sur instruction personnelle du chef de l’Etat’ est une évidence sur certains sujets donnés mais cela ne doit pas donner lieu à une devise à tout moment».

«Il faut que chacun assume ses responsabilités», a ajouté M Trimua, actuellement ministre des Droits de l’Homme et chargé des relations avec les institutions de la République.

Tingo Tingo

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.