Robert Dussey : “l’Alliance Politique Africaine n’a pas vocation à se substituer à une quelconque organisation”

0
462
Robert Dussey : “l’Alliance Politique Africaine n’a pas vocation à se substituer à une quelconque organisation”

(Togo Officiel) – Lomé a abrité le mercredi 03 mai dernier, la toute première conférence des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance Politique Africaine (APA), un cadre informel de coopération renforcée, initié par le Togo. L’événement, lancé par le Premier ministre Victoire Dogbé, a réuni pour l’occasion, des délégations de 10 pays du continent (Angola, Burkina, RCA, Gabon, Guinée, Libye, Mali, Namibie, Tanzanie et Togo). 

Face aux médias, le chef de la diplomatie togolaise a rappelé les fondements de cette nouvelle initiative, et surtout la dynamique dans laquelle doit désormais s’inscrire l’Afrique. 

L’Alliance politique africaine n’a pas vocation, soyez rassurés, à se substituer ni à l’Union africaine, ni à la Cédéao, ni à une quelconque organisation sous-régionale. L’Alliance politique africaine se veut un cadre informel de coopération renforcée. Son ambition, si vous le voulez, est très recentrée sur ce que nous appellerons les priorités africaines et ces priorités qui sont entre autres, notre développement, notre autonomie à prendre des décisions nous-mêmes et notre sécurité”, a clarifié Robert Dussey. 

Défendre les intérêts et les valeurs de l’Afrique 

Selon le ministre, il s’agit surtout, tout en continuant de soutenir les organisations régionales et sous-régionales, “d’œuvrer pour une Afrique politiquement forte, indépendante, décomplexée, non alignée, et capable de participer, en tant qu’actrice non négligeable, à la gouvernance mondiale”. Un message qui fait écho à la déclaration faite par le Togo, lors de la 77ème Assemblée Générale de l’ONU en Septembre 2022. 

Vers la formalisation de l’Alliance 

Les bases jetées à Lomé, une “formalisation” de l’APA est désormais envisagée, afin de servir, “de façon périodique, de cadre de concertation de dialogue politique et d’actions communes”. 

Dans cette optique, il a été décidé la création d’un Comité de haut niveau composé de sept pays et présidé par le Togo, pour proposer des textes fondateurs de référence, les principaux axes de coopération, ainsi que les contours institutionnels de l’Alliance. 

En attendant, les discussions devraient se poursuivre lors du 9ème Congrès Panafricain que le Togo accueillera, et dont le lancement est prévu pour le 22 mai prochain

Source : RepubliqueTogolaise.com