Risques d’affrontements: Lomé vit dans la peur ce mardi !

La journée de mardi s’annonce tendue dans la capitale togolaise ce mardi. Hier lundi, les leaders de quatorze partis de l’opposition ont en effet appelé à une mobilisation ce matin devant le siège du parlement où doit se tenir une session extraordinaire de l’assemblée nationale.

Même si la question de l’avant-projet de loi sur les réformes politiques ne sera pas abordée lors de cette session, la coalition compte par cette mobilisation signifier son désaccord avec le nouveau texte qu’elle considère comme « une manœuvre dilatoire » du pouvoir en place.

Lire aussi : « [Confidentiel]: risque de ‘crise’ à UNIR à cause de l’avant-projet de Loi » 

Du côté du gouvernement, on dénonce déjà une « manifestation illégale ». Intervenant ce matin sur la radio RFI, le ministre de la Fonction publique Gilbert Bawara estime que la situation actuelle est la conséquence d’un simple malentendu entre le gouvernement et une partie de l’opinion en ce qui concerne la convocation d’une session extraordinaire par l’Assemblée Nationale.

« Je pense qu’il y a eu un malentendu regrettable (…) Les gens ont fait un lien [avec l’avant-projet de loi, ndlr] qui n’était pas évident » a indiqué le ministre.

Cette mobilisation s’annonce donc tendue selon certains observateurs de la scène politique togolaise qui craignent déjà des affrontements entre forces de l’ordre et de sécurité et les manifestants.

Par ailleurs, la session extraordinaire de ce mardi sera à huit clos, a déclaré à la télévision nationale le secrétaire général de l’Assemblée nationale. Il a également précisé que, selon le règlement intérieur de l’Assemblée, toute question qui n’est pas inscrite à l’ordre du jour ne fait l’objet de débat.

TogoWeb.net