Qui sont réellement les francs-maçons du Togo ?

2443


La question, loin de paraître banale, revêt tout son sens selon qu’on soit profane ou initié. En réalité au regard des éléments contenus dans un récent article publié par le bimensuel togolais Focus Infos, la franc-maçonnerie est non seulement présente au Togo, mais serait régie par une organisation bien structurée. Qui sont-ils ? Quelle perception en a d’eux le profane ? Comment se définissent-ils, eux-mêmes ?

Si vous êtes nantis, vous avez une profession qui vous impose le port du costume, et que vous le portez plutôt sombre et que de surcroit vous roulez une voiture 4*4 aux vitres teintées, vous ne ferez pas longtemps avant d’être catalogué franc-maçon. Pour le profane, ces traits suffisent à déterminer qui est franc-maçon ou non. La suspicion était d’autant plus grande puisque au Togo rien n’a jamais filtré sur une éventuelle présence de la franc-maçonnerie. Les quelques pistes qui avaient pu être explorées par des journaux renvoyaient plutôt vers le Gabon. Le secret n’était pas de Polichinelle jusqu’à récemment.

La crise qui dit-on a couvé au sein de la Grande Loge Nationale du Togo (GLNT) a eu le mérite de mettre en lumière la pratique au Togo. Il n’était plus question de si la pratique avait cours au Togo, mais plutôt de qui et qui étaient concernés.

Dans les colonnes du numéro 239 de Focus Infos, on apprend que le samedi 14 septembre 2019, plusieurs centaines de francs-maçons de la Grande Loge Nationale Togolaise (GLNT), la plus importante des obédiences maçonniques du Togo, ont installé le nouveau Grand Maître lors d’une cérémonie organisée à l’hôtel 2 Février de Lomé. Une intronisation qui, précise le journal, a permis d’apaiser les crises qui ont secoué l’organisation depuis plus de trois (3) ans. Même si cet évènement apporte un peu de lumière dans une pratique jusque-là entourée du plus grand secret, le débat semble inéluctable.

Quand les pro et anti francs-maçons défendent leur position 

Pour les uns, il s’agit d’une organisation qui assure à ses membres prospérité et pouvoir en contrepartie de pratiques occultes voire inhumaines. C’est en tout cas la position d’un certain Elom A, interrogé sur le sujet par Focus Infos.

Pour Armand T., franc-maçon depuis 10 ans, ces accusations ne sont pas particulières au Togo. « En France par exemple, des détracteurs de la franc-maçonnerie soutiennent que nos frères de l’Hexagone égorgent des enfants dans les loges pendant les travaux », déplore-t-il.

Des accusations que T.C., le Grand officier de la GLNT, interrogé par le journal, range dans le registre des fantasmes de profane.

Pour un autre averti, le secret qui entourerait la pratique n’en est pas un. Il s’agit juste de discrétion dont doivent faire preuve les membres. Une attitude qui découle des nombreuses persécutions dont les francs-maçons furent l’objet depuis des temps immémoriaux.

Au soutien de leurs arguments, les initiés évoquent une longue liste de personnalités de divers horizons vivantes ou mortes, qui auraient appartenu à l’organisation : le physicien François Arago, le jazzman Louis Armstrong, l’astronaute Neil, l’ancien président Georges Washington ou même Georges Weah. Serait-ce un cercle ouvert uniquement aux nantis et puissants, non, s’en défend le Grand Officier, toujours dans les colonnes de Focus Infos. A en croire cette dernière déclaration, même le menuisier du coin, le petit enseignant, ou encore le médecin le plus adulé de la ville, bref tous togolais de Cinkasse à Djankasse sont susceptibles d’appartenir à la franc-maçonnerie.

Lire l’article original dans le n° 239 de Focus Infos

Source : l-frii.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.