Quand le zèle de TALIM Asksno Anathère dévoile le plan lugubre du RPT/UNIR contre les fonctionnaires de l’administration publique 7 décembre 2017

198

Quand le zèle de TALIM Asksno Anathère dévoile le plan lugubre du RPT/UNIR contre les fonctionnaires de l’administration publique                                                                             7 décembre 2017
Sabine Dounwourgue au milieu des militants de l’ADDI samedi dernier a Lomé

Par Marcelle Apévi, togo-online.co.uk

Cela fait plusieurs décennies maintenant que le schéma miroité par le régime contre les fonctionnaires de l’administration publique a été à l’honneur au Togo. C’était l’ère de feu général Gnassingbé Eyadema. Il était interdit aux fonctionnaires de l’administration publique d’appartenir à une formation politique autre que le RPT. L’on croyait qu’avec la proclamation du multipartisme, trophée remporté de haute lutte dans les années 90, ces pratiques dictatoriales avaient disparues des esprits des Togolais.

Force est de constater que certains individus opportunistes y attachent de la valeur et l’utilisent pour narguer leurs collègues de service. C’est le cas de ce cher TALIM Asksno Anathère qui a fini par frapper au milieu du tam-tam ce 06 décembre en menaçant et intimidant dame Sabine Dounwourgue, présidente de la Ligue des Femmes du parti politique de l’opposition, ADDI (Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral).

La scène s’est produite ce mercredi, alors que dame Sabine, fonctionnaire à la Direction de la Formation Civique, après son passage dans l’émission AUDITEUR ACTUALITE sur Radio Victoire fm. Comme tout leader d’opinion, droit garanti par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la CONSTITUTION TOGOLAISE, dame Sabine a eu à exprimer son point de vue et analyser les différents sujets qui marquent le temps au Togo, notamment sur le plan social et politique.

A peine est-elle sortie de l’émission et rentrée chez elle que son téléphone crépite. Au bout du fil, le zélé TALIM Asksno Anathère, chef division production et documentation à la Direction de la Formation Civique, poste que celui-ci a usurpé à travers ses ruses, sa capacité de nuisance à autrui et son opportunisme.

“Tu es trop petite pour faire ce que tu es en train de faire là. Arrête ça. Tu n’es rien pour menacer le parti au pouvoir et sur les antennes. Tu viens de la formation civique. Beaucoup de personnes m’ont appelé pour me dire qu’en tant que fonctionnaire, tu ne peux pas te mettre à insulter le parti au pouvoir. Je te préviens. J’espère que tu vas pouvoir supporter les conséquences parce que ce que tu es allée dire va faire tâche d’huile” a-t-il indiqué à sa collègue Sabine Dounwourgue.

Que comprendre de ces propos du sieur TALIM ? Va-t-il œuvrer au licenciement abusive de dame Sabine, comme il sait bien le faire ? Va-t-il avoir recours à des méthodes spirituelles, un terrain sur lequel il s’illustre parfaitement comme les soupçons qui pèsent sur lui, dans le curieux décès du directeur de la Direction de la Formation Civique qu’il s’active à remplacer, avec toutes les combines possibles ? Autant de questions qui interpellent quant à la nature de ce venin qui vit un quotidien de curiosité à la direction où il est parachuté par des gens qui le protègent.

Selon nos informations, dame Sabine serait en congés de formation et n’a nullement abusé du temps de service pour répondre à l’invitation qui l’a amené à se prononcer en tant que femme politique sur la radio victoire fm, pour qu’on se dise que c’est ce mobile qui explique ce zèle nauséabond de ce monsieur qui n’est pas à ses premiers actes en la matière.

Cette menace à l’endroit d’une femme dans un contexte aussi tendu où des militaires acquis au pouvoir violentent, tabassent et commettent des forfaitures sur de paisibles citoyens qui ne partagent pas la gouvernance dictatorial des Gnassingbé, rime à une exposition à la vindicte militaire, puisque c’est ce qui est en vogue au Togo depuis plus de trois mois maintenant.

Loin de s’arrêter au fait que TALIM Asksno Anathère ait ouvertement affiché son intention de nuire à dame Sabine Dounwourgue, il faut préciser que l’auteur de cette menace fait feu de tout bois à la direction de la formation civique où il a atterri par infraction, en guise de récompense pour militantisme désordonné.

Il faut rappeler que notre cher TALIM Asksno Anathère avait marché pour UNIR ensemble avec les ministres de la République le mercredi où Boukpessi Payadowa, Gilbert Bawara et autres s’étaient offert des séances de selfy à la plage de Lomé. Après la marche, au moment où Payadowa Boukpessi est revenu dans son bureau pondre un communiqué interdisant les manifestations des jours ouvrés, TALIM s’est permis de se rendre au bureau avec d’autres militants, dans des vêtements à l’effigie de UNIR, juste pour narguer ses collègues d’autres bords politiques.

L’on se demande alors ce que celui-ci reproche exactement à dame Sabine, que lui ne fait de mal déjà.

Ce comportement zélé vient confirmer les rumeurs qui courent comme quoi, le RPT/UNIR allait s’attaquer aux fonctionnaires de l’administration politique qui militent au sein des formations politiques de l’opposition.

Leader des femmes de la formation politique ADDI, dame Sabine Dounwourgue n’est pas égoïste ni opportuniste comme voudrait le faire croire le sieur TALIM qui constitue le vert dans le fruit de la direction de la formation civique.

Il convient donc aux autorités compétentes de rapidement prendre conscience de ces dérives et y mettre fin au grand bonheur de ce pays nouveau auquel nous aspirons tous.

Il faut rappeler que le RPT/UNIR a ratifié des textes qui interdisent ces comportements dictatoriaux qui constituent d’ailleurs une menace dangereuse pour la quiétude et la stabilité du pays, de la sous-région, du continent et du monde entier.

Togo-Online.co.uk

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here