Pourquoi notre production cotonnière s’est-elle écroulée ?

Malgré des prévisions ambitieuses, la campagne 2020-2021 a été un coup dur pour notre pays, avec une production de 67 000 tonnes de coton, soit une baisse de 43 % par rapport à l’année précédente (116 000 tonnes).

Pourtant, les prévisions avec la session de la NSCT au grand groupe Olam étaient prometteuses. Cette société avait promis d’augmenter la production à 200 000 t en 2022 et d’accroître de 0,6 t par hectare le rendement – qui est actuellement de 0,9 t ou 1 t/ha –, tout en investissant dans la transformation du coton. Les fameux vêtements made on Togo.

En 2020, quand nous avons voté la loi de privatisation de la NSCT, la société, dotée d’un capital de 2 milliards de F CFA, avait réalisé un résultat net de 4,6 milliards F CFA en 2019. Mais la production de coton-graine restait inférieure aux prévisions, avec une récolte de 116 500 t pour la campagne 2019-2020, contre 137 000 t en 2018-2019, soit en baisse de 15 % et en deçà des 150 000 t attendues.

En comparaison, pour la campagne 2019-2020, le Bénin avait produit plus de 714 700 t de coton-graine, le Mali 710 700 t, la Côte d’Ivoire 490 300 t et le Burkina Faso 458 700 t, selon les données du Programme régional de production intégrée du coton en Afrique (PR-Pica).

En 2021, le Benin notre voisin, désormais premier producteur de la région, enregistre une production de plus de 700 000 tonnes (324 000 tonnes en 2015-2016), pour une part du PIB dépassant les 12 % et qui représente 60 % du tissu industriel du pays.

Pourquoi notre production cotonnière s’est-elle effondrée ? J’aimerais avoir votre avis sur ce sujet. Personnellement, je crois que le soja a supplanté le coton dans l’intérêt de nos paysans, mais quelles sont les autres raisons à votre avis ?

Bien entendu, je ferai une interpellation. Vos avis parfois m’orientent.

Vos commentaires m’intéressent.

Réfléchissons vivants.

Gerry Taama

Source : icilome.com