Pourquoi les Togolais ne consomment pas local?

Pourquoi les Togolais ne consomment pas local?

Pourquoi les entreprises togolaises ne décollent pas et ne font pas de leurs promoteurs des riches hommes d’affaires surtout ceux qui sont spécialisés dans la transformation des produits locaux?

Cette question est souvent sur les lèvres et saturent les réseaux sociaux, les Master Class (nouvelle trouvaille sous les tropiques), les séminaires, les décisions des pouvoirs publics etc. On en est même à instaurer le mois de la consommation locale au Togo.

La raison est toute simple. Les produits de première nécessité importés sont largement subventionnés par les pays exportateurs, sont abondants, bon marché et à la portée de la bourse de nos concitoyens. Qui plus est, l’État togolais si je ne m’abuse, fait des remises de taxe sur ces produits, contrairement à nos produits locaux dont les coûts de production sont assez élevés pour les agriculteurs, moins subventionnés et aux méthodes d’exploitation agricoles encore archaïques. Il s’agit principalement du riz, de l’huile, de la tomate concentrée ou purée, des jus de fruits, le cube de cuisine etc.

Dans ces conditions le producteur togolais ne va pas mettre ses produits aux mêmes prix que ceux qui viennent de l’extérieur pour ne pas tourner à perte. Et la conséquence est que les populations même si les produits importés sont de mauvaise qualité préfèrent en consommer pour remplir le ventre à cause de la quantité que de la qualité.

Pour que cela décolle vraiment et pour que le Togolais consomme togolais, il va falloir taxer drastiquement les produits importés, subventionner aussi largement que possible non seulement les agriculteurs mais aussi ceux qui transforment les produits locaux et que l’État se porte garant des prêts bancaires pour ces derniers. Et finalement moderniser notre agriculture pour qu’elle produise en qualité et en quantité pour une autosuffisance alimentaire au lieu de se tourner vers l’extérieur pour des importations.

Autrement on sera toujours là à râler qu’on ne consomme pas togolais, à multiplier les mois du consommer local mais ce sera un coup d’épée dans l’eau.

Anani Sossou

Source : icilome.com