Phénomène « gaïman » à Lomé: 4 jeunes appréhendés par le GIP hier à Bè

L’alerte sur la montée en puissance du phénomène des crimes rituels ces derniers jours dans la sous-région notamment au Bénin et au Nigeria a pris une sérieuse tournure. Actuellement traqués au Bénin, des jeunes ritualistes, communément appelés « gaïman », trouvent refuge au Togo, plus précisément à Lomé. Et ils sèment la panique au sein de la population.

Vigilance! Désormais, des jeunes ritualistes ont élu domicile dans la capitale togolaise. En fait, ces jeunes présumés escrocs en quête d’argent facile sont des cybercriminels. Et ils se basent sur des sacrifices humains aux divinités occultes (notamment à la divinité béninoise Kininsi) pour se donner du succès. Après avoir tué leurs victimes (homme, femme ou enfant), ils offrent du sang de ces dernières de leurs organes aux fétiches. Tout porte à croire que ces bandits de grand chemin, n’ont aucune considération pour la vie humaine.

Très recherchés par la police béninoise, ces « gaïman» se réfugient au Togo où ils croient pouvoir continuer leurs forfaits en toute quiétude. Ils sont signalés dans les quartiers tels que Bè, Baguida, Avépozo, et autres.

Pas plus tard qu’hier après-midi à Bè-Kpéhénou, dans les encablures de l’école ORA ET LABORA, le Groupe d’intervention de la Police nationale (GIPN) a mis la main sur quatre de ces jeunes béninois délinquants. Même en début de semaine, d’autres «gaïmans » ont été interpellés dans le quartier Avépozo.

Certains de ces ritualistes courent encore les rues de la capitale. La population togolaise est désormais alertée. Déjà sur les réseaux sociaux, l’on appelle à l’extrême vigilance. Et à contacter la police en présence de ces malfrats.

Il urge que le ministère de la sécurité et de la protection civile prenne des mesures sécuritaires pour mettre ces criminels hors état de nuire.

A. Godfrey

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.