Nigeria: une enseignante mortellement battue après avoir fouetté son élève

Le mercredi 29 novembre 2017, une enseignante aurait trouvé la mort après avoir battu une élève dans sa classe. Selon notre confrère nigérian Eze Amadi, la mère d’un enfant de 14 ans, Okafor Chinaza, une élève de l’école secondaire starlight, Ogidi, s’est battue et tué l’enseignante de sa fille pour avoir chicoté sa progéniture.

Selon le rapport, l’élève en question a été fouettée par sa maîtresse plus tôt dans la matinée, parce qu’elle n’aurait pas balayé la classe en fonction du programme établi. Et l’élève aurait répondu d’une manière arrogante à l’enseignante lorsque celle ci a demandé la raison pour laquelle, la jeune élève n’avait pas accompli sa tâche.

Après que l’enseignante lui a demandé de se mettre à genou, l’élève aurait refusé de s’exécuter. L’enseignante s’est énervée, et a obligé l’élève à quitter la classe et rentrer chez elle.

À 15h23 le même jour, elle est revenue avec une dame qui serait sa mère et un jeune homme qui prétendait être l’oncle. Elle s’est frayée un chemin et est allée dans la salle de classe de sa fille. L’enseignante était partie pour une réunion d’enseignants. Elle a été dirigée vers le bureau du propriétaire.

La patronne de l’école était avec l’un des professeurs de physique, quand la femme est venue à son bureau pour exprimer sa colère. Il affirme:

J’étais dans mon bureau avec un de mes enseignants quand elle est arrivée. Selon son rapport, appuyé par la confirmation des élèves, l’enseignante avait fouetté Okafor Chinaza, j’ai plaidé auprès de la mère et l’oncle pour avoir leur pardon, en leur expliquant que la vengeance ne produira un résultat satisfaisant. Elle avait accepté d’oublier et de pardonner. Je lui ai promis que l’affaire sera gérée avec diligence
Mais, alors que l’enseignante revenait de la réunion accompagnée de ses collègues, elle a été attaquée par la mère de son élève avec un bâton. Elle s’est effondrée et a été transportée à l’hôpital Iyi-Enu Ogidi où le médecin a confirmé sa mort quelques instants plus tard.

Source : www.cameroonweb.com