Me Dodji Apévon : ‘Un referendum va aggraver la crise togolaise’

L’idée de referendum que soutiennent la CEDEAO, l’UA et l’ULYSSE déplaise Me Dodji Apévon. Selon le président des FDR, parti membre de la coalition de l’opposition, le referendum ne va pas régler la crise togolaise. Au contraire, il va l’aggraver.

La CEDEAO, l’UA et l’ULYSSE 88, dans un communiqué conjoint, appellent à un referendum pour régler la crise politique togolaise. Aux FDR, quelles sont vos réactions?

Ce n’est pas une question des FDR. C’est une question de bon sens. C’est une véritable question de bon sens. Si une Communauté internationale veut aider le Togo à progresser, ce n’est pas de cette manière qu’elle doit procéder. Une Communauté internationale ne prend pas position dans un conflit. La Communauté doit aider à régler le conflit. Mais si la Communauté prend position pour l’un des protagonistes, ça rend complexe le conflit.

Ce qui se passe au Togo est tellement profond. Nous n’avons cessé de le répéter. C’est une crise profonde. Alors la Communauté internationale qui doit aider, doit venir écouter d’abord les gens, doit réfléchir ensemble avec les protagonistes pour proposer la solution idoine. Mais, si elle reste loin et prend la décision qu’elle vienne de prendre, alors là c’est pas normal.

Et puis cette décision nous parait tellement bancale. Parce qu’une décision qui parle à même temps de referendum et de dialogue est quelque chose d’incongru. On a regardé, on ne sait même pas qui a signé ce communiqué-là.

On a l’impression que c’est une sorte de complot qui est en train d’être ourdi contre nous, contre le peuple togolais. Parce que quand Ibn Chambas est venu ici il n’était pas médiateur, il est venu juste nous écouter. Quand De Souza est venu, il est venu juste nous écouter. Et tous les deux ont promis qu’ils reviendront nous voir pour savoir quelle solution proposée pour une sortie de crise. L’UA qui est associée à ce communiqué n’a jamais envoyé un représentant ici. Aucune délégation de l’UA n’est venu nous consulter ici. Donc ce qui se passe nous parait totalement anormal.

La CEDEAO qui doit être une CEDEAO des peuples ne peut être une CEDEAO des dirigeants. Alors on remarque que ces représentations quand ils prennent position c’est pour le bonheur de ceux qui gouvernent au détriment des populations. Ce n’est pas normal.

Donc nous contestons ce qu’ils ont fait parce que nous avons des arguments sérieux. Et on a dit à Chambas et De Souza qu’on ne peut pas organiser un referendum dans les conditions actuelles. Un referendum va aggraver la crise togolaise. Parce que ce referendum va être fait par une partie contre l’autre. Cela ne va pas régler la crise togolaise.

Nous pensons que la solution la plus sage, c’est d’aider à engager un dialogue sincère et franc pour qu’on trouve des solutions idoines pour sortie de crise. Mais, la fuite en avant qu’ils sont en train d’organiser pour aider un pouvoir chancelant qui est en perte de vitesse ça va compliquer ce qu’on est en train de faire.

KG

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.