Marche du 21 septembre: Déclaration finale de l’opposition

0
311

Voici la déclaration liminaire de l’opposition sanctionnant la marche du 21 septembre 2017.

MEETING DU 21/09/2017
CAP 2015-GROUPE DES 6-PNP-SANTE DU PEUPLE-CAR

Déclaration

Depuis le lancement de nos mouvements de protestation pacifique, le pouvoir RPT-UNIR multiplie les manœuvres et les intimidations pour vous dissuader et casser la dynamique unitaire engagée par les forces démocratiques autour de la plateforme revendicative pour exiger :

-le retour à la Constitution originelle du 14 octobre 1992,
-la révision du cadre électoral y compris l’instauration du droit de vote pour les Togolais de l’étranger ;
-le déverrouillage des Institutions de la République et,
-la libération de tous les prisonniers politiques et de toutes les personnes détenues suite aux manifestations des 19 et 20 août 2017.

Nous sommes heureux de constater que, malgré la répression sauvage de nos manifestations pacifiques tant à Lomé qu’à l’intérieur du pays, les actes de représailles punitives organisées par le régime et ses milices contre les populations aux mains nues et les coupures du réseau internet, vous êtes toujours et encore plus nombreux à répondre à notre appel.

Après la grande mobilisation du 6 septembre dernier, des oiseaux de mauvais augure avaient prédit un fléchissement de l’affluence pour la marche du 7 septembre. Il n’en fut rien et la mobilisation avait été encore plus forte ce jour-là. Hier et aujourd’hui, les deux points de chute des manifestations de Lomé ont connu une grande affluence. A l’intérieur du pays, ni le zèle éhonté de certains préfets, ni les impressionnants déploiements de dispositifs militaires dans certaines zones n’ont nullement réussi à entamer le moral des populations.

Cette forte détermination nous conforte dans notre conviction que le combat de libération que nous menons est un combat juste. Sachez que nous ne sommes pas seuls. Aujourd’hui, c’est le monde entier qui a les yeux fixés sur notre pays. Partout, sur tous les continents, la diaspora togolaise s’est jointe au mouvement. De nombreuses organisations des sociétés civiles africaines nous ont exprimé leur solidarité et salué la ferme volonté des Togolais à en finir avec le régime oligarchique du clan Gnassingbé. Oui, 50ans, ça suffit. Notre pays est le seul de la CEDEAO à n’avoir pas connu d’alternance en un demi-siècle. Nous sommes décidés à mettre fin à cette exception togolaise et nous y parviendrons. Pour y parvenir, nous devons rester mobilisés.

Dans notre déclaration d’hier, nous avons indiqué que le retour à la constitution originelle de 1992 est désormais la voie incontournable pour remettre le Togo sur les rails de la démocratie, de l’Etat de droit, de la bonne gouvernance et du développement. Nous entendons par ici par-là, certaines voix, sans doute influencées par la propagande mensongère du gouvernement nous dire que les députés de l’opposition auraient dû voter le projet de loi de révision constitutionnelle du gouvernement.

Après les explications que nous avons données hier, vous avez compris que les Députés de l’Opposition ont bien fait de s’opposer à cette supercherie visant à octroyer à Faure Gnassingbé dix ans supplémentaires au pouvoir. Le retour à la Constitution originelle de 1992, doit se faire à travers les 48 amendements proposés par l’Opposition. Nous réaffirmons notre exigence du retour de la Constitution Originelle telle qu’elle avait été adoptée par le peuple togolais le 22 septembre 1992.

Nous avons été clairs dans nos différentes déclarations d’hier. Notre combat, c’est un combat pour le Togo, notre patrie. Ce combat n’est dressé contre personne. Hier, nous avons lancé un ultime appel au chef de l’Etat, pendant qu’il en a encore l’opportunité, afin qu’il prenne mesure de la situation et accède aux demandes du peuple. Nous lui réitérons cet appel. Nous en appelons également à tous nos compatriotes, civils et militaires, à qui le régime a inculqué des appréhensions et des peurs injustes et injustifiées en cas d’alternance. Nous prenons ici et maintenant, l’engagement solennel devant le peuple et devant l’histoire, de proscrire et de combattre tout acte de vengeance et de chasse aux sorcières sur la Terre de nos aïeux après l’alternance.

Nous ne ferons jamais nôtre, les pratiques anti-démocratiques et antipatriotiques que nous avons toujours dénoncées et combattues tout au long des 50 ans de régime monolithique qu’a connu le Togo. Nous avons tous reçu le Togo en héritage. Cet héritage ne peut être considéré, encore moins géré comme un héritage personnel ou familial. Voilà pourquoi, dans notre entendement, le retour à la Constitution originelle de 1992 doit nécessairement déboucher sur la mise en place d’Institutions législatives et exécutives transitoires chargées de mettre en œuvre les autres points de la plateforme revendicative, notamment : la révision du cadre électoral y compris l’instauration du droit de vote pour les Togolais de l’étranger, le déverrouillage des Institutions de la République, et l’organisation des élections législatives, locales et présidentielles totalement libres, transparentes et démocratiques.

C’est pour atteindre ce noble objectif d’intérêt national que nous avons sauté le pas pour réaliser cette unicité d’action que vous avez toujours prônée face au régime autocratique RPT-UNIR plus préoccupé par la conservation du pouvoir que par son exercice au profit du peuple togolais. Nous avons invitons une fois encore, à ne pas baisser la garde et à ne pas donner raison au gouvernement qui mise sur votre lassitude. Restes fortement mobilisés. La victoire est au bout du combat. Vous êtes le peuple.

« Contre la volonté du peuple, rien n’est possible. Avec la volonté du peuple, tout est possible. La lutte populaire est invincible »

Fait à Lomé, le 21 septembre 2017

www.icilome.com