L’imam Alfa Abdou Wahidou enfin retrouvé à la gendarmerie de Kara

Aux dernières nouvelles, l’imam Alfa Abdou Wahidou discrètement enlevé la nuit du dimanche à 02 heures du matin, serait bel et bien gardé à la gendarmerie de Kara. Contrairement au premier imam également « arrêté manu militari » sur ordre du procureur de la république, il est reproché à Alfa Abdou Wahidou de soutenir des « casses, saccage et incendies », précise un informateur.

Grâce à la pression de couloir des autorités locales de Bafilo, des organisations de défenses des droits de l’homme et des dignitaires religieux, ces derniers s’entendent dire que l’imam Alfa Abdou enlevé discrètement à 02 heures du matin dimanche, est détenu à la gendarmerie de Kara pour des enquêtes sur son implication dans les récentes manifestations à Sokodé.

On enquêterait sur son implication dans la casse des maisons des cadres et du siège du parti UNIR. « On va le libérer après les investigations, s’il est innocent », annonce une autorité locale à Bafilo ce mardi.

Sceptiques, le Chef canton et les imams plaident pour sa libération immédiate.

Les non-dits
Selon plusieurs témoignages, l’imam Alfa Abdou Wahidou coordonnait les secours des blessés pendant la répression sauvage des militaires au cours manifestations récentes de l’opposition dans la localité. Notre source précise :C’est un élément important dans la préfecture.

Un règlement de compte?

Depuis le début de la crise, il y a eu de nombreuses victimes de Mango à Lomé, des victimes pour la plupart civiles. Mais on n’a pas vu les autorités sécuritaires et judiciaires s’activer autant dans la recherche des coupables comme c’est le cas depuis la casse des biens des dignitaires du parti UNIR et le décès des deux militaires qui assuraient la garde au domicile du colonel Ouro-Koura Agadazi, ministre et cadre du parti UNIR.

Selon une sortie de Nathanaël Olympio, aucune vie n’est plus importante que l’autre.

Plus loin, les conditions d’arrestation de l’imam et le refus systématique d’informer sa famille, relève d’un autre registre qu’on peut qualifier de règlement de comptes.

« L’heure légale, à laquelle, sur mandat du parquet, une personne peut être arrêtée part du 6h du matin à 21h. L’arrestation de l’imam ALFA abdoul Wahid de bafilo viole également l’article 28 de notre constitution qui protège le domicile et l’article 17 al 1 et 2 du pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui dispose : Nul ne sera l’objet d’immixtion arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes illégales à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes », a expliqué Assiba Johnson, président du REJADD.

Une délégation a été constituée à Bafilo pour aller visiter l’imam « arbitrairement détenu » à la gendarmerie de Kara depuis dimanche nuit, indique notre informateur qui s’inquiète qu’on maintienne un citoyen en détention sans avocat pour une si longue période.

Une chasse aux sorcières ? Une liste établie de jeunes à enlever

Notre source révèle une liste de jeunes dont les enlèvements musclés ont été programmés par les autorités, toujours sous-couverts des enquêtes. Du côté de Bafilo et Sokodé, on parle d’une méthode de dissuasion des prochaines mobilisations de l’opposition.

A. Lemou

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.