Liberia : le footballeur Georges Weah face aux dribbles de l’opposition

Les événements récents au Liberia ne sont pas de bon augure pour la démocratie dans ce pays qui a connu plusieurs années d’instabilités et de guerre.la première élection véritablement démocratique qui devait conduire le Liberia sur le sentier de la paix, de la stabilité et du développement, connait malheureusement quelques perturbations.

Georges Weah, l’ancien footballeur international s’est prêté une fois encore à la compétition et cette fois on dirait qu’il n’y a pas en concurrence avec lui, un adversaire de taille. Les ivoiriens diraient, « il n’y a pas son deux ». Weah est passé en tête des suffrages obtenus et devrait aller à un second tour. Jusque là, aucun problème. Tout était réuni pour que « ce Georges Weah » gagne probablement au second tour et devienne le premier président démocratiquement élu de l’histoire très remuant du Liberia. En tout ou presque tous les sondages le donnaient vainqueur.

Le déclic et la suspicion

Pendant ce temps, alors que les préparatifs vont bon train pour le second tour et que les soutiens commençaient à se préciser, un des candidats, arrivé troisième au premier tour, décide de jouer les troubles fête en annonçant qu’il y aurait eu des irrégularités dans le processus électoral et dépose un recours devant les juridictions. Chose normale mais très suspect dans une élection où même les observateurs internationaux et les ONG ont attesté d’une consultation paisible, libre et transparente.

Deux possibilités ! Cette annonce arrive pile à un moment où des informations circulent sur un coup de fil très intrigant de Sassou Nguésso du Congo à son homologue de la Côte d’IvoireOuattara, lui demandant de peser de tout son poids pour éviter l’arrivé au pouvoir de Weah. Le recours inattendu devant la cour, associé à la décision de cette cour suprême d’ajourner le second tour pourrait bien être l’œuvre de ces deux dirigeants, quand on connaît la sournoiserie qui les caractérise, eux et leurs pairs de l’Afrique réunis, selon certains, en syndicat de dictateurs au sein de l’Union Africaine.

Le Liberia doit vite se reprendre pour éviter encore une fois de sombrer dans le chaos

Plus le second tour est long à venir, plus la tension déjà ambiante se ravivera et, re-bonjour la désolation. C’est ce qui risque pourtant d’arriver si ces « manipulés » de politiciens qui, avec l’aide des dictateurs, continuent à vouloir juste gagner du temps pour se préparer à un second tour , l’autre possibilité d’ailleurs, où ils pensent pouvoir gagner.

Des alliances anti-Weah qui n’auraient jamais pu voir le jour si le second tour de la présidentielle avait été maintenu au 7 novembre, se forment déjà ci et là. On veut coûte que coûte faire échouer l’ancien ballon d’or Georges Weah mais celui-ci reste flegmatique et appel le peuple à garder ce même sentiment de sérénité.

Le peuple

Pour le moment les libériens restent pondérer et suivent de très près l’évolution de la situation politique du pays. Certes, il y a une « tension ambiante » mais ce peuple, qui a déjà connu la violence de la guerre et des années de souffrance semble avoir compris l’importance de la paix ces dernières années de transition plus ou mois paisibles. Comme quoi , la paix, quant on y a goûté, on ne veut plus s’en passer.

CamerounWeb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.